Nouveaux loups à tuer : 95 % des contributions étaient pourtant contre

loup cible 3En février dernier, deux projets d’arrêtés ministériels prévoyant d’autoriser chacun l’abattage de 2 loups jusqu’en juillet 2017 (en plus du « plafond » de 36 loups à abattre) étaient en consultation publique. Dès le 36ème loup tué, un premier arrêté autorisant le tir de deux nouveaux loups a été signé en avril.

La synthèse de la consultation publique vient de paraître. Encore une fois, et sans AUCUNE surprise, 95 % des 13 372 contributions se sont prononcées contre ces nouveaux loups à tuer.

L’État français n’a donc, une fois de plus, ni écouté l’opinion des citoyens ni auparavant les recommandations des scientifiques. Le Conseil National de Protection de la Nature avait en effet rendu un avis défavorable quant au projet de ces nouveaux arrêtés et une expertise scientifique collective (Muséum National d’Histoire Naturelle – ONCFS), commandée par le ministère de l’environnement lui-même (!), venait de paraître, mettant en garde contre ces tirs trop nombreux qui menacent la population de loups en France. Pour les chercheurs de l’expertise, les prélèvements légaux « ne devraient pas […], dépasser 10 % de l’effectif estimé pour que la population présente un bilan numérique au moins stable. » Or, avec ces nouveaux loups, nous dépasserons les 14 % de prélèvement… Par ailleurs, d’après cette étude, l’efficacité des tirs de loups pour la protection des troupeaux n’est pas prouvée et les auteurs s’interrogent également sur leurs effets contre-productifs (éclatement de la meute et donc hausse de la prédation).

L’ancien gouvernement français était plus que jamais soumis au lobby de l’agriculture. Le nouveau sera t-il plus raisonnable et orienté vers la cohabitation et la protection des troupeaux, les seules et uniques mesures qui fonctionnent ?

Synthèse de la consultation ==>> ICI

 

.

Les commentaires sont fermés.