Résultats des analyses génétiques ours – 2ème session 2008

Résultats des analyses génétiques ours – 2ème session 2008

Actus en France Actus ours Toute l'actualité

Le résultat des analyses génétiques ours effectuées sur les échantillons prélevés après le 10 septembre 2008 et sur certains qui n’avaient pu être envoyés lors de la première session vient de paraître.

8 animaux différents ont été identifiés, dont 1 équipé d’un émetteur, mais aucun nouveau génotype n’a été repéré.

Noyau occidental, 2 ours mâles :

  • Cannellito
  • Néré (possible)

Noyau central, 5 ours dont 4 femelles :

  • Caramelles
  • Pollen
  • Bambou
  • Hvala
  • Pyros

Noyau oriental, 1 ours mâle :

  • Bouxty

L’ensemble de ces données confirme les résultats de la première session mais aucun génotype nouveau n’est repéré.

La génétique est un des outils qui contribue à déterminer l’effectif de la population ursine sur la chaîne pyrénéenne mais ce n’est en aucun cas exhaustif. En effet, la génétique est couplée à l’analyse des tailles d’empreintes, aux photos prises par déclenchement automatique et aux présences simultanées pour déterminer un effectif minimum sur le massif. Ces résultats seront communiqués via le prochain rapport sur le suivi de l’espèce pour l’année 2008.

Tous les détails :

Résultats des analyses génétiques ours – 2ème session 2008

6 commentaires sur “Résultats des analyses génétiques ours – 2ème session 2008”

Des femelles ont pourtant eu des oursons : Ziva, Caramelles …Où sont-ils passés ? Braconnés ? Franska

Les oursons ont 50% de chance de survie avant les 2 ans. Même après, il semble que la mortalité existe :

* Plus de traces de l’ourson de Cannelle de 1995 (repéré jusqu’en 1998 ?).

* Plus de traces des 2 femelles filles de Caramelles identifiées par la génétique en 2001 (braconnée(s) ? Il y a des rumeurs en Couserant).

* Plus de trace de l’ours de taille moyenne de Miramont.

On peut se demander si la mortalité est normale après les 2 ans ou s’il y a effectivement une mortalité plus forte. Je pense que le manque de données ne permet pas de savoir, il aurait fallu un suivi plus intense (manque de moyens de l’ETO).

En tout cas, le message important de cette étude génétique est qu’on est bien loin de la somme des oursons identifiés dans l’historique depuis 1997. C’est même plus surprenant, il n’y a aucun (voire un seul individu ?) identifié côté français qui ne soit les individus connus de tous avec leurs petits noms (Boutxy, Balou, Caramelles, Ziva, Pollen, Bambou, Hvala, Sarousse, Pyros, Canelito, Aspe Ouest, Néré et éventuellement l’ours taille moyenne de Vicdessos)…

On attendait beaucoup des échantillons du Val d’Aran, mais ils n’ont pas ajouté d’individus à ceux connus…

La plupart des ours ,sont du coté espagnol. L’equipe espagnole manque de moyens,en hommes et en techniciens On peut en etant realiste ,ajouter de 5 a 6 ours sur l’ensemble de la chaine. Pour info balou se trouve dans le massif en face de ma fenetre il est tres sage . as 09

Qui peut encore croire que des ours ne soient pas braconnés ? Si nous ne faisons pas de réserves de chasse, ces ours subiront tous le même sort de les ours autochtones, c’est certain ! Je n’attends rien de Jouanno ! Franska

Les ours côté Français passent côté Espagnol. Alors, pourquoi ceux côté Espagnol ne font-ils pas de même ? Bizarre. Ziva a eu 2 oursons en 2000, puis un en 2002, 2 en 2004. Caramelles a eu 2 oursons en 2001, 2 en 2003. Chez moi, ça fait neuf. Même si des oursons n’ont pas survécu, on devrait retrouver la trace de certains des autres , au moins certains années. Or, rien !

Avec le bazar qu’ont mis les anti-ours, je ne crois pas à de nouveaux lâchers. D’ailleurs, toutes les tentatives ont échoué : dans les Alpes, dans les années 80, en 1998, les 15 ours de Lepelletier…


Les commentaires sont fermés.