Une autorisation de tir de loup en Lozère...

loup lozere tir de defense

© FERUS

Alors que le loup est à peine présent un Lozère (présence d’au moins un individu de façon certaine), le préfet de Lozère Philippe Vignes a signé le 5 septembre un arrêté préfectoral autorisant des tirs de défense contre l’espèce. L’arrêté concerne 5 exploitations du Causse Méjean, situées sur les communes de Vebron, Montbrun et Mas-Saint-Chely. Les opérations de tirs sont confiées aux agents de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage et aux lieutenants de louveterie). L’arrêté est valable jusqu’au 20 septembre 2012.

Le préfet de Lozère exige donc la tête d’un loup dont personne ne sait s’il a vraiment commis les attaques puisque l’arrêté du Préfet dit que la responsabilité du loup n’a pu être écartée, ce qui signifie que rien ne prouve que le loup soit responsable de ces 2 attaques ayant fait 2 victimes.

Nous savons que de très nombreuses attaques de chiens divagants ont eu lieu depuis plusieurs mois dans ce secteur.

D’autre part, nous demandons sur quels critères le Préfet s’appuie pour affirmer dans son arrêté que les troupeaux en question sont reconnus comme ne pouvant pas être protégés (alors que le secteur se prête justement particulièrement bien à la mise en place des moyens de protection des troupeaux !).  Nous savons qu’un arrêté a autorisé des mesures d’effarouchement mais nous demandons également quelles mesures d’effarouchement on été effectivement prises et par qui.

La solution n’est pas de tuer un loup mais bien de prendre toutes les mesures nécessaires pour la cohabitation et la protection des troupeaux : garde par un berger, présence de chiens de protection et rassemblement nocturne dans des parcs de contention.

L’association FERUS, par son action pastoraLoup, démontre depuis 12 ans que la cohabitation est possible et que l’on peut efficacement se protéger de la prédation du loup.

logo-pdf

AP Lozère tir loup

Voir aussi :

Un loup photographié en Lozère (juin 2012)

Les commentaires sont fermés.