Afrique du Sud : Le Karoo Predator Project

M2E69L207-206R385B323

Chacal à chabraque. Photo Marine Drouilly

Le Karoo Predator Project : prédateurs, élevage et biodiversité dans le Karoo sud-africain. Par Marine Drouilly

Article paru dans la Gazette des grands prédateurs n°58 (décembre 2015)

Abonnez-vous à la Gazette !

Les conflits entre éleveurs et prédateurs sont omniprésents sur la planète et en augmentation. Ils représentent une grande menace pour de nombreuses espèces de carnivores et demeurent un sujet sensible, souvent mal compris car beaucoup plus complexe qu’on ne le pense et fréquemment soumis au sensationnalisme de médias mal informés.

En Afrique du Sud, comme en France, il existe un conflit d’intérêts entre éleveurs de petit bétail et prédateurs dont les premières mentions apparaissent dès 1652 dans les carnets du gouverneur Jan van Riebeeck, lorsque les premiers Européens s’établissent dans la Colonie du Cap. A l’époque, il s’agit surtout des lions et des hyènes qui menacent à la fois le bétail et les vies humaines. Quatre ans après ces premiers écrits, le gouverneur introduit un système de récompenses pour les peaux des prédateurs. Dès 1850, la plupart des grands carnivores sont éradiqués de la colonie du Cap.

Une des causes directes de cette extermination massive fut le passage au sommet du réseau alimentaire d

La région du Karoo est un immense plateau aride de 400 000 km2 qualifié de semi-désert et dont la principale activité économique est l’élevage extensif de moutons (races dorper et mérinos notamment). Confrontés à des sécheresses de plus en plus longues, au risque de pollution des eaux souterraines par les compagnies désirant pratiquer la fracturation hydraulique (fracking) et au désintéressement total du gouvernement qui ne fournit aucune aide face à la prédation, les éleveurs du Karoo ont du mal à survivre.

 

Lire la suite en téléchargeant l’article en pdf :

karoo predator project gazette

Karoo predator project

 

S’abonner à la Gazette des Grands Prédateurs / les anciens numéros !

Les commentaires sont fermés.