Bénévolat Parole d'ours, 8 ans déjà : les Pyrénéens s'approprient les ours

parole dours-tourdefrance

Les bénévoles de Parole d’ours sur le Tour de France © Sabine Matraire

Communiqué de presse – association FERUS – 23 septembre 2015

Parole d’ours : déjà huit années au plus près des habitants pyrénéens… Bilan

Au delà de l’acceptation de l’ours que FERUS sait majoritairement favorable, les éditions 2014 et 2015 de son programme d’information et de communication sur l’ours dans les Pyrénées Parole d’ours ont été révélatrices sur un autre aspect finalement assez lié : l’appropriation !

« Ce sentiment est grandissant : les Pyrénéens s’approprient les ours. Des naissances ont lieu

chaque hiver et les gens en entendent parler via les médias. Quand le mot « ours » est

prononcé, les Pyrénéens parlent spontanément de ces naissances, et très souvent ils s’en

réjouissent. Nombreux Pyrénéens connaissent même les noms de quelques ours vivant

actuellement dans les Pyrénées. »

 

Parole d’ours 2008-2015, synthèse chiffrée (moyenne annuelle) :

➔ 215 communes et localités visitées sur 6 départements ;

➔ plus de 2000 commerces et structures impliqués dans la diffusion d’informations ;

➔ 85 jours de programme ;

➔ 136 000 plaquettes d’information diffusées (DREAL Midi-Pyrénées et FERUS), 15 000 autocollants (Pays de l’Ours-Adet), ainsi que plus d’un millier d’affichettes « Bienvenue au Pays de l’ours » ;

➔ 300 posters de qualité (FERUS) diffusés durablement en 4 ans, (2012-2015) ;

➔ 1326 personnes interrogées sur les marchés, départs de randonnées… et 500 professionnels interrogés ;

➔ 29 marchés différents + 4 interventions à l’occasion de manifestations, fêtes locales…

Après avoir mesuré, au fil des années, une évolution graduelle des mentalités sur le terrain avec Parole d’ours – après avoir eu l’appréhension d’être mal accueilli au tout début – après avoir connu les tentatives de censure d’une minorité d’opposants extrémistes et découvert le coté tabou d’un sujet brûlant – finalement, après avoir été rapidement et avec surprise très bien accueilli sur le terrain – après avoir confirmé tout ce que disaient déjà les sondages officiels, à savoir que oui, les Pyrénéens et les Français sont majoritairement favorables à l’ours dans les Pyrénées et que de ce fait l’acceptation est très bonne – les deux dernières éditions du programme nous révèlent les balbutiements de la prochaine étape dans le sauvetage de l’ours dans les Pyrénées : l’appropriation de l’ours par les Pyrénéens et les Français.

 

Pour tout savoir sur les échanges effectués sur Parole d’ours depuis 8 années ==> dossier de presse bilan.

Les commentaires sont fermés.