FERUS et le WWF quittent la réunion du Groupe National Loup

logo ferus.frlogo-WWFCommuniqué FERUS, 15 octobre 2013

FERUS et le WWF quittent la réunion du Groupe National Loup

En signe de désaccord et de protestation, Ferus et le WWF ont quitté la réunion la réunion plénière du Groupe National Loup qui se tenait à Lyon le 14 octobre.

France Nature Environnement, Ferus et le WWF ont lu en début de séance de la réunion du Groupe National Loup qui s’est tenue hier à Lyon la déclaration suivante :

« Le Groupe National Loup réunit sous l’égide de l’Etat toutes les parties prenantes de ce dossier complexe tant sur le plan social, environnemental et éthique que sur le plan juridique. Ce groupe fonctionne de manière utile depuis de nombreuses années et le nouveau Plan national loup a été élaboré sur la base d’un dialogue approfondi entre les différentes parties, même si chacune d’entre elles a pu avoir des avis réservés sur certains éléments du résultat final. Au delà des postures, chacune des parties en présence a fait une partie du chemin, ce qui en démocratie nous paraît être le signe d’un fonctionnement sain.

Dans les discussions au sein du Groupe national loup, il n’a été à aucun moment question de tirs de loups à l’occasion de battues au gibier, dispositif sans contrôle exercé par des chasseurs non assermentés, pas plus que dans l’arrêté ministériel qui sert de base juridique à l’application du Plan national loup. C’est pourtant ce qui s’est produit suite aux déclarations faites au nom du gouvernement par M. Stéphane Le Foll en déplacement dans la Drôme, étayées par un courrier du ministre de l’écologie aux préfets des Alpes Maritimes, du Var et des Alpes de Haute-Provence. Depuis lors, des battues au loup sous couvert de battues au grand gibier ont été réalisées dans les Alpes Maritimes et également dans la Drôme. Nous soulignons que ces battues ont été réalisées sans contrôle sur le terrain par les agents de l’ONCFS ou les lieutenants de louveterie qui sont assermentés. Un tel dérapage est inacceptable.

Si nous attirons l’attention sur la gravité de cette situation, ce n’est pas seulement parce que deux loups ont été abattus dans des conditions plus que discutables sur le plan du droit et des possibilités dérogatoires à la protection du loup, mais c’est parce que l’Etat bafoue ainsi à la fois ses propres dispositions mais aussi l’instance de consultation qui est en place depuis 15 ans. A quoi bon participer à cette instance, y consacrer un temps considérable, y dialoguer pour faire émerger des possibilités de compromis, si les dispositions qui en résultent, édictées par l’Etat lui-même, sont foulées au pied dans les mois qui suivent ? C’est une question fondamentale de fonctionnement de cette instance consultative et c’est aussi une question d’efficacité et de légitimité des politiques publiques.

Les associations de protection membres du GNL, reçues par le Ministre de l’écologie le 10 octobre, lui ont fait part de leur totale désapprobation tant avec ces nouveaux dispositifs qu’avec ce fonctionnement de l’Etat qui s’apparente à un coup de force. Elles demandent la suspension immédiate de tous les arrêtés pris sur ces nouvelles bases, et rappellent l’importance du respect du fonctionnement de l’instance de dialogue que constitue le GNL.

Dans le contexte présent, les organisations WWF et FERUS quittent cette réunion du Groupe National Loup en signe de vive protestation. »

A la suite de cette déclaration, en signe de désaccord avec les derniers évènements et de protestation, Ferus et le WWF ont quitté la salle de réunion.

1 commentaire pour FERUS et le WWF quittent la réunion du Groupe National Loup