Loups tués : toutes les autorisations de tir suspendues

suspension-tirs-loup

Photo © Roland Clerc

Conformément à ce que nous avons demandé à la ministre de l’écologie, le ministère de l’Ecologie et du Développement durable vient de demander aux préfectures de suspendre temporairement les tirs de prélèvement et de défense.

« Nous n’avons pas de certitudes que le quota de six loups prélevés prévu dans le protocole national ait été atteint », a expliqué un conseiller de la ministre Nathalie Kosciusko-Morizet.

Les résultats de l’autopsie des louves retrouvées mortes dans le massif du Dévoluy et dans la vallée de la Vésubie devraient bientôt permettre de déterminer si il s’agit ou non de cas de braconnage *.

En parallèle, une enquête est en cours pour savoir ce qu’il est advenu de la louve Tinée (FERUS va porter plainte).  Si il est avéré que ces loups ont été tués illégalement, le plafond de 6 loups pouvant être tués cette année sera alors atteint (car trois loups ont déjà été tués cet été dans le cadre de tirs légaux, voir ici) et les tirs devront définitivement cesser.

* d’après nos sources, la louve du Dévoluy a été victime d’un tir illégal. FERUS va porter plainte. FERUS portera également plainte pour le cadavre de loup repéré sur la commune de Prads-Haute Bléone par des adhérents de FERUS (cadavre qui a disparu avant l’arrivée de l’ONCFS).

6 commentaires pour Loups tués : toutes les autorisations de tir suspendues

  • le Vosgien

    Les tirs de prélèvement prévus par le ministère constituent une politique réaliste et adaptée au terrain permettant d’envisager un développement de notre population loup de la façon la plus harmonieuse possible et la plus convaincante pour toutes les parties intéressées
    on note communément sous nos latitudes un accroissement naturel ANNUEL des populations d’ongulés (cerfs et chevreuils) et carnivores (renards) DE L ORDRE DU 1/3 de la population existante avant naissances
    donc si l’on souhaite
    – MAINTENIR une population animale existante de 100 en l’état on pourra calibrer un plan de chasse à hauteur de 33 ou plutôt 25 afin de tenir compte des pertes par accident, braconnage…
    – RÉDUIRE cette population de 100 on calibrera le plan à 40 par exemple
    – DÉVELOPPER cette population on calibrera le plan de chasse à 20, 15, 10 ou 0

    DONC SI NOTRE POPULATION LOUP EST ÉVALUÉE A UN MINIMUM DE 100 SUIVANT RAPPORT OFFICIEL ONCFS ET DE FAÇON POSSIBLE A UN MAXIMUM DE 200, norme qui est assez communément admise comme rapport entre effectif inventorié et réellement existant, mais RETENONS SEULEMENT 150 compte tenu du caractère spécifique du loup

    L’ON VOIT BIEN ALORS QU’ AUTORISER UN PRÉLÈVEMENT DE 6 est bien le SIGNE DE LA VOLONTÉ DU MINISTÈRE DE PERMETTRE EN FAIT UN DÉVELOPPEMENT LE PLUS HARMONIEUX POSSIBLE DE NOTRE POPULATION LOUP QUI PEUT VRAISEMBLABLEMENT SUPPORTER UN PRÉLÈVEMENT TOTAL ALLANT JUSQU’À 20 SANS RISQUE PARTICULIER POUR SON AVENIR

    L’autorisation de tirs de prélèvement présente l’immense avantage de faire baisser la pression sur le terrain , de répondre aux exaspérations qui existent légitimement et ainsi D ‘ÉVITER AUTANT QUE FAIRE CE PEU LES TIRS CLANDESTINS QUI SONT BIEN PLUS PRÉJUDICIABLES A L ‘ESPÈCE

    DONC PAR AMOUR POUR LES LOUPS QUI NOUS FONT RÊVER DEPUIS TOUJOURS, IL N’AURAIT PAS ÉTÉ ABERRANT DE CONSEILLER UN PRÉLÈVEMENT MINIMUM DE 10 ET 15 MAXI ET MIEUX ENCORE DE POSER D ‘EMBLEE LE PRINCIPE DE LA RÉOUVERTURE DE LA CHASSE AU LOUP AVEC QUOTA PLUTÔT QUE DE METTRE EN PLACE TARDIVEMENT UN PLAN DE TIR DE PRÉLÈVEMENTS( au plan des anticipations l’anticipation d’un cadre légal clair et figé est toujours meilleur pour l’harmonie sociale que des mesures d’ajustements ponctuelles fussent-elles bonnes en soi)

    EN CONCLUSION, PAS D’AFFOLEMENTS MÊME AVEC 9 DESTRUCTIONS, notre population loup n’est pas en DANGER, il faut regretter les actes de braconnage et les condamner , mais , quant à moi je suis sur de la volonté de notre ministre actuelle de favoriser le développement de notre population de loups autochtones mais cela en prenant en compte toutes les données du terrain et sans pour autant prêter,comme certains, une oreille complaisante aux extrémistes de la cause anti-loups et anti-ours

    Avec toute ma sympathie

    Le Chasseur Vosgien

  • Jacques

    Par amour des loups, tuons-en encore un peu … Faudra m’expliquer..

  • slider

    limité les population en tuant ,est ou devrait etre une pratique d’un autre temps.

  • Pascal

    Bravo FERUS pour votre action déterminante.

  • didier

    Pour répondre au vosgien, il a certainement raison sur une population de loup qui serait suffisante pour pouvoir recolonniser d’autres départements. Mais ce n’est malheureusement pas encore le cas actuellement, loin de la. Même si nous admettons qu’il y a aujourd’hui en France 200 loups, il en faudrait 2 à 3 fois plus pour en arriver a une régulation de ce genre. Alors et seulement alors, l’espèce se sera suffisamment dispersée pour songer a une régularisation de la chasse aux loups.
    Et ce uniquement pour les adeptes de la chasse, qui je l’espère disparaitront avant les loups, puisque les vrais chasseurs, j’entends ceux qui respectent la vie animale, sont très rares et n’ont malheureusement que peu d’influence sur les autres.
    Didier, un ANCIEN VRAI chasseur.

  • je pense que la politique de tir du loup correspond
    au besoin de ménager les humeurs hostiles des anti-loup primaires, tuer un loup ne servira à rien car il laissera une place vacante à un autre, il faut renforcer les mesures de prévention qui font leurs preuves, partout, plutôt que de pourchasser le prédateur à des fins démagogiques, plus que réalistes et écologiques…
    que les chasseurs si fiers de leur art ne l’oublient pas, le loup est un prédateur naturel, il est un élément depuis toujours de la faune de notre pays et
    depuis toujours, il nous fait rêver…