L’ours et les troupeaux / ruchers : mesures d’accompagnement 2009

L’ours et les troupeaux / ruchers : mesures d’accompagnement 2009

Photo Josef Hlasek
Actus en France Actus ours Toute l'actualité
Photo Josef Hlasek

Les mesures du programme ours, développées par le ministère de l’écologie, visent à limiter les dégâts d’ours sur les troupeaux et les ruchers par la mise en place de moyens de protection, et parallèlement à indemniser les dommages d’ours constatés.

  • Aide au gardiennage permanent et au regroupement
  • Protection des ruchers
  • Appui technique (techniciens pastoraux itinérants, animateurs chiens patous
pdf-ferus
Mesures d’accompagnement 2009

pdf-ferus
Barème 2008 pour l’indemnisation des dommages occasionnés par l’ours sur le massif pyrénéen

8 commentaires sur “L’ours et les troupeaux / ruchers : mesures d’accompagnement 2009”

Pas de réactions bizarre.

Pourtant tout est dit mais comme je l’ai dit par ailleurs les anti-tout ne veulent pas du loup ni de l’Ours mais ils veulent bien des subventions et les indemnités (contrairement à certaines déclarations largement relayées par les Médias).

Nous savons que les indemnités même sans « prédation avérées » des prédateurs sont versées au bénéfice du « doute ».

Quand l’ Etat va t-il enfin se décider à prendre des mesures d’accompagnement dont bénéficierait l’ours lui-même ? Aides à ceci , aides à celà … Quand l’ours va t-il enfin bénéficier d’une aide effective de l’ Etat ? Pour l’instant nous n’avons droit qu’à des mesures d’accompagnement à la disparition de l’ours ! Quand y aura t-il enfin une contre partie favorable à l’ours pour tous ces avantages ( certes légitimes ) accordés au pastoralisme ? Tout est à sens unique et l’ours disparait en particulier du Béarn où plus aucune traces n’est relevée depuis plusieurs semaines ! Que fait le GNO ? Que fait l’Europe qui distribue , au monde agricole et pour l’environnement, des subventions à foison dans les Pyrénées ? Quelles sont les perspectives en Béarn 5 ans après la disparition de Cannelle ?… Notre  » Home  » Pyrénéen continue inexorablement à se délabrer !

La seule chose c’est qu’eux font du bruit, s’agitent et ont la presse dans la poche.

Nous sommes loin d’avoir leurs appuis : qu’attend on pour faire comme eux ???

L’Ours en Béarn a « disparu » il n’ont pas besoin de fusil, même si c’est au fusil que Cannelle a été tuée, pour le faire disparaître : l’indifférence des hommes politiques (toutes tendances confondues) en Ht Béarn ont réussit là où certains voulaient qu’on arrive.

Ils sont toujours entrain de pleurer sur les aides et les indemnités : alors mettre une condition AIDES ET INDEMNITES———–> PRESENCE DE PREDATEURS.

l’élevage,comme l’industrie sème la mort,fait le vide autour de l’homme ;Le respect de la vie comme l’ont les indien n’est pas de mise en occident et en orient.

Mais qui est-ce donc qui juge sur la validité des indemnisations versées aux éleveurs pour les troupeaux et ruchers tués et détruits par l’ours ???? l’equipe technique et de suivi de l’ours assurément.. mais au fait, comment sont-ils recrutés ces « experts » ???? (voir site anpe.fr)…. le bénéfice du doute vous allez dire ?????? c’est certain que n’étant pas dans cette situation, il vous est difficile de comprendre que finalement élever une brebis n’a peut etre pas de prix…. quand on regarde l’indemnité versée pour une brebis de 6 ans…. ca fait froid ds le dos pr l’eleveur qui aura passer 6 ans de sa vie a s’en occuper…. moi j’ai des ruchers en Haute ariege et il est certain que si je dois choisir entre mon activité professionnelle et l’ours, y aura pas d’hésitation….. un choix est à faire : soit l’habitant déserte les montagnes et laisse sa place à l’ours, soit une VERITABLE politique de reintroduction est mise en place avec un veritable suivi et peut etre qu’une éventuelle cohabitation sera possible….

Si l’éleveur s’occupe aussi bien de ses brebis et bien il doit s’occuper de leur sécurité en montagne , il est inadmissible que du bétail divague pour faire de la subvention . Il y a des investissements dans ce sens à faire en montagne , quand on élève des poules on les rentre la nuit pour les protéger du renard , pour les ovins c’est la même chose vis à vis de l’ours ou du loup . Maintenant que vous choisissiez entre vos ruches et l’ours c’est votre problématique très égocentrique mais qui ne tient aucun compte des aspirations du reste de la société . De la même façon que la ruralité ne se résume pas dans l’agriculture et la chasse .

Salut !! et tu réponds quoi à ça !!

Ce phénomène, mondial, mobilise des chercheurs de toutes nationalités. Il pourrait avoir des conséquences très graves : la disparition des insectes pollinisateurs serait un désastre écologique menaçant l’agriculture et une grande partie de nos ressources alimentaires. Probablement multifactoriel, le dépérissement des colonies d’abeilles trouve une partie de ses causes dans les activités humaines et leurs influences sur les paysages, les ressources et les équilibres écologiques.

Et ce n’est pas de la faute de l’ours !! Il faut quand même arrêter la  » Paranoïa » non !!

http://www.science.gouv.fr/fr/dossiers/bdd/res/2856/la-disparition-des-abeilles-enquete/

La crise que traverse la vie sauvage est plus grave que la crise économique, alors les moutons…


Les commentaires sont fermés.