WWF : protection de l’ours dans les Pyrénées, encore un effort

WWF : protection de l’ours dans les Pyrénées, encore un effort

Actus en France Actus ours Toute l'actualité
Photo Pascal Etienne

Communiqué de Presse du WWF, le 26 juillet 2010

Protection de l’ours dans les Pyrénées : encore un effort !

A l’occasion de la réunion du comité de massif Pyrénéen de ce jour, la secrétaire d’État à l’Écologie Chantal
Jouanno a annoncé sa volonté de réintroduire prochainement une ourse dans les Pyrénées occidentales et
s’est engagée à remplacer tout ours qui disparaîtrait. Le WWF prend acte de cette décision des pouvoirs
publics car elle envoi un signal fort aux opposants « Tout ours braconné ou mort accidentellement sera
remplacé rapidement ! ». Cependant, le WWF souhaite rappeler que cette décision ne répond pas à
l’ambition de faire des ours une espèce non menacée de disparition sur le territoire métropolitain.

Depuis la mort en 2004 de Cannelle, dernière femelle de souche pyrénéenne, il n’y avait plus de femelle
dans les Pyrénées Atlantiques. La décision qui vise à remettre une femelle est donc une bonne nouvelle
mais c’était bien le minimum, étant donné la situation actuelle de la population ursine dans le massif des
Pyrénées. « En effet, la modélisation faite par les scientifiques après la mort de Cannelle montrait qu’au
moins deux femelles devaient être réintroduites dans cette partie des Pyrénées pour éviter le harcèlement
par les mâles et minimiser les risques d’infanticides. Les autres femelles des Pyrénées centrales, moins
mobiles que les mâles, n’ayant aucune probabilité de migrer dans cette partie du massif » rappelle Christine
Sourd, Directrice adjointe des programmes du WWF-France en charge de la biodiversité.
Ainsi, si le renforcement présenté aujourd’hui peut offrir au noyau atlantique la possibilité de ne pas
disparaître à court terme, il ne suffira hélas pas à faire atteindre à la population ursine des Pyrénées le
« statut favorable de conservation » exigé par la directive européenne Habitats. En effet, remplacer les ours
disparus voudrait dire retrouver l’effectif de 1976, soit plus de 35 animaux recensés sur le versant français,
ce qui à l’époque était déjà jugé limite. En conséquence, d’autres réintroductions sont nécessaires.

A ce sujet, le WWF met en garde celles et ceux qui seraient trop prompts à vouloir faire des Pyrénées un
massif sans ours et rappelant que la France est actuellement sous le coup d’une plainte au niveau européen
pour ne pas respecter ses engagements relatifs à la protection de l’ours brun comme l’y contraint la directive
Habitats Faune Flore.

Selon Serge Orru, Directeur général du WWF-France « La question n’est pas d’être pour ou contre l’ours
mais de permettre de vivre avec l’ours en créant les conditions d’une coexistence pacifique et harmonieuse
entre les activités pastorales et ce symbole historique de l’identité des Pyrénées. Comment se fait-il que l’on
reste sur des crispations inutiles et dépassées pour les derniers ours des Pyrénées alors que cela se passe
plutôt bien en Slovénie, en Roumanie ou en Finlande où, les populations d’ours dépassent plusieurs
centaines de bêtes et sont souvent une ressource économique majeure pour ces pays ? En cette année
internationale de la biodiversité, la France doit avoir le courage d’entamer sa révolution culturelle sur la
biodiversité et comprendre que sa richesse est une chance économique. »

Voir aussi : la réaction de FERUS

17 commentaires sur “WWF : protection de l’ours dans les Pyrénées, encore un effort”

Ah ! le WWF est content ! Il se contente de peu. Heureusement que je ne suis pas adhérente, car je quitterais cette association tout de suite. Les opposants vont éliminer les ours en cati mini, ni vu, ni connu… et l’on ne pourra pas prouver qu’ils ont été tués par l’homme. C’est très simple… Encore quelques années, et les ours auront disparu de nos montagnes.

Le WWF aurait été plus inspiré de se mobiliser avant le 26 Juillet et d’envoyer bien avant ce jour la teneur de ce communiqué de presse à Me Jouanno ! Au moins aurait-il été utile à quelque chose ! … Aujourd’hui ,en cette année de la biodiversité , pour l’ours et donc toute la biodiversité du massif… c’est trop tard ! Mais Madame Jouanno portait un bracelet WWF autour du poignet alors l’honneur est sauf … Le WWF arrive trop tard pour nous rappeler ce que tout le monde sait déja mais qui ne sera pas appliqué ,faute d’engagement fort au moment opportun non seulement du WWF mais aussi de tous les autres ténors et associations phares de la défense de l’environnement et de la biodiversité !…  » la France doit avoir le courage d’entamer sa révolution culturelle sur la
biodiversité et comprendre que sa richesse est une chance économique  » Mesdames , messieurs du WWF , vous arrivez trop tard pour donner des conseils car ce chapitre est pour lontemps définitivement clôs! Quant à cette phrase :  » La question n’est pas d’être pour ou contre l’ours
mais de permettre de vivre avec l’ours en créant les conditions d’une coexistence pacifique et harmonieuse
entre les activités pastorales et ce symbole historique de l’identité des Pyrénées. » Cela n’a même pas été évoqué , la promotion de la cohabitation n’a pas été à l’ordre du jour de ce 26 Juillet ! Mesdames , messieurs du WWF faudrait essayer à l’avenir d’être en phase avec la réalité du terrain, de devancer les problématiques et non pas d’arriver comme un cheveu inutile sur la soupe bien après la bataille !…
Nous nous contenterons donc dune stratégie à minima qui comporte à l’heure actuelle plus de questions sous-jacentes que de réponses évidentes !
Cette statégie de Me Jouanno d’inspiration IPHBesque est un copié collé des meilleures pages du livre  » Plainte contre la France  » sur les tergiversations el les mollesses d’un Etat qui de toute son impuissance a présidé à la disparition de l’ours dans les Pyrénées . C’est cette même impuissance stratégique qui tente aujourd’hui de le sauvegarder des exactions d’une minorité d’intégristes pastoraux et de leurs zélus représentatifs …. Le WWF , sur ce coup aura été( à part le bracelet au poignet de Me Jouanno ) d’une absence et donc d’une impuissance remarquables !
Dommage(s)pour l’avenir !…

Mais le WWF, avec les autres associations de CAP Ours, est signataire d’un communiqué de presse daté du 23 juillet demandant à Chantal JOuanno d’annoncer le 26 juillet la mise en œuvre concrète du nouveau plan de restauration de la population d’ours dans les Pyrénées incluant des lâchers dès le printemps 2011, d’un courrier à Jouanno, Borloo et Fillon dans le même temps daté du 11 juin, d’un autre courrier au comité de massif daté du mi juillet, co-auteur d’une plainte auprès du comité permanent pour non-respect de la convention de Berne par la France dans le dossier ours (plainte en cours) etc etc.

On voit bien là les limites de la plupart des « actions » associatives qui se contentent le plus souvent de communiqués polis. Tout en restant dans la légalité il aurait fallu (mais il est un peu tard) faire ce qu’ont très bien su faire les opposants, c’est-à-dire beaucoup plus de bruit autour de nos idées et de nos exigences. Lors de la mort de Cannelle, 4000 personnes avaient défilé à Paris sous la banderole  » Les Pyrénées veulent des ours ».. Plusieurs orateurs avaient donné rendez-vous aux manifestants, tous les ans, à la même époque, au même lieu, jusqu’à ce que la population d’ours soit hors de danger. Depuis, c’est le quasi silence. Pourquoi ?

Je sais bien que WWF est partenaire des associations de sauvegarde de l’ours . Le WWF s’est-il, en tant que tel ,suffisamment impliqué ? Malgré les non résultats obtenus , je veux bien ne pas juger !…. Quoi qu’il en soit la teneur de ce communiqué est en décalage avec l’actualité du jour puisque son contenu est loin d’avoir été approuvé et retenu par Me Jouanno et c’est le moins qu’on puisse dire !La Seule chose efficace que puisse faire aujourd’hui le WWF , c’est d’envoyer un vrai communiqué de protestation à Me Jouanno et à son ministère et surtout d’obtenir ,pour l’année à venir et plus si possible, un éclaircissement sur toutes les zones d’ombres qui obscurcissent à dessein la stratégie à minima de Me Jouanno .

« surtout d’obtenir ,pour l’année à venir et plus si possible, un éclaircissement sur toutes les zones d’ombres qui obscurcissent à dessein la stratégie à minima de Me Jouanno . » : c’est évidemment ce qu’on va faire avec tous les partenaires associatifs

parce que Jacques, il y aurait eu de moins en moins de monde d’année en année (hormis les amis de l’ours très impliqués, le grand public se déplace souvent au coup de coeur comme ce fut le cas avec la mort de Cannelle. des manifestations avec quelques centaines de personnes, c’est plutôt contre productif je pense. que préconise tu pour faire plus de bruit autour de nos revendications ?

Le problème, c’est que les médias n’accordent aucune place, ou presque, aux associations. Je pensais qu’avec des élus d’Europe Ecologie, cela changerait, mais rien apparemment ! Et les parrains des ours relâchés ? Où sont-ils ? On ne les entend jamais !

Je voudrais juste comprendre si les Associations considèrent que leur travail a porté ses fruits ou si, au contraite, la montagne a accouché de rien du tout et qu’il faut maintenant avoir une approche moins jacobine et plus concrète quitte à utiliser les mêmes canaux que les Antis?
en étant plus concret, peut on encore accepter de passer des années en palabres inutiles (GNO….) plutôt que d’utiliser des groupes de militants à la cause afin d’organiser des actions coups de poings/chocs/polémiques pour faire passer nos idées?

Que faire ? C’est un problème d’attitude en général du monde associatif de la protection de la nature qui est plutôt « mou » par les temps qui courent (voire, pour certains, plutôt docile : suivez mon regard !) comme l’a relevé très justement Brigitte Busset, plus haut, (ou Franska à propos du WWF).

Il faut avoir envie de combattre et après, on trouve des idées…

Il faudrait aussi communiquer de manière beaucoup plus professionnelle. Les opposants à l’ours, (aux vautours, aux loups, au chiendent etc..) savent le faire, eux, puisque grâce à leur acharnement leurs théories sur la biodiversité « à usage humain » se sont répandues largement au delà du cercle habituel des groupuscules du début. Un truc tout bête : ils ont au moins un personnage, bien connu, qui travaille avec obstination à cela toute la journée. Nous, non, malgré que toutes associations confondues, nous ayons des dizaines de salariés qui pourraient être mis à contribution ! Et des milliers de bénévoles dont certains ne demandent qu’à être actifs.

Bien sûr il y a de temps à autre quelques initiatives ponctuelles positives, comme les Estivales de l’ADET ou Parole d’Ours de Ferus, ou encore les ours pendus du pont de l’Alma mais cela reste très limité en impact, il n’y a pas de suivi dans le temps, et surtout pas de réactivité suffisante lorsqu’un problème se pose..

Par exemple, là, le discours de Chantal Jouanno aurait pu fournir matière à une énorme polémique sur le désintérêt du pouvoir et du ministère de M. Borloo vis à vis de la conservation de la biodiversité ! Mais on n’a rien dit ou si peu de choses. On est déjà passé à autre chose. Les réactions les plus intéressantes ne sont hélas pas venues des associations, mais de militants de la cause de l’ours à titre individuel (voir par exemple l’excellent papier de Marc Laffont sur la Buvette des alpages..).

Quand on pense que le Béarn est la région où une association, le FIEP, a mis en oeuvre depuis trente ans des systèmes d’aide aux bergers des zônes à ours, que c’est sans doute là qu’historiquement on a flingués le plus d’ours et que ledit FIEP est complètement inconnu de la masse des gens qui s’intéressent aux Pyrénées ou à l’ours !! Il y a là manifestement quelque chose qui ne va pas..

Bon, revenons à nous moutons. Tu demandes des idées ? En voici une :

Je suggère que Ferus demande à Cap Ours que cette super-structure prenne de toute urgence contact avec les personnalités emblématiques de la conservation de la faune en général, et de l’ours en particulier, afin qu’ils décident de mener une action médiatique commune et spectaculaire en réponse aux propos de Chantal Jouanno (je ne sais pas, moi : une grève de la faim, une lettre ouverte à Sarko co-signée et envoyée à la presse ou toute autre initiative montrant leur intérêt pour leurs filleuls, les ours).

J’ai les noms : les trois leaders pour la défense de la planète : Nicolas Hulot, Hubert Reeves, Yann Arthus Bertrand. Les parrains et marraines des ours réintroduits : Renaud, Romane Bohringer, Laurent Baffie,Véronique Sanson., Carla Bruni, Sanseverino, Gérard Depardieu, Fanny Ardant. Alain Chamfort, Valérie Lemercier et YA. Bertrand. J’ai oublié Alain Bougrain Dubourg qui aurait toute sa place vu son intérêt pour les grands prédateurs.

Cela fait du beau monde, non ? Une implication réelle de leur part serait la bienvenue et se verrait.

Chiche ?

René, je ne répondrai que pour FERUS puisque je fais partie de cette association : je crois que notre communiqué est sans équivoque … (voir ci dessous). Par contre ce qui est sûr ce qu’on ne jouera pas le même jeu que les antis avec violences, menaces & co

Communiqué de FERUS, 26 juillet 2010

2010, année internationale de la biodiversité : l’Etat français lâche l’ours …

La secrétaire d’Etat à l’écologie Chantal Jouanno a annoncé aujourd’hui les dispositions concernant l’ours dans les Pyrénées.

Avec des mesurettes de maintien de la population existante et non de restauration d’une population viable*, la France cède donc à une minorité d’anti-nature. Il est intolérable que les mesures qui pourraient sortir l’ours de son statut d’espèce en danger critique d’extinction et de mammifère le plus menacé de France ne soient pas mises en place. Approuver le principe d’un maintien de l’ours en France ne constitue pas une avancée : cela va de soi et aucun responsable politique national ne pourrait s’exprimer autrement.

Les ours tués remplacés ? C’est la moindre des choses et c’est ce qu’ont annoncé tous les ministres de l’Ecologie. Ça aurait du être fait depuis longtemps. Pourtant, aucun ours n’a jamais été remplacé …

Une femelle lâchée dans le Béarn ? C’est le minimum minimorum quand on sait qu’il n’y a que 3 ours mâles dans le secteur depuis 6 ans. Lorsque Cannelle, la dernière femelle de souche pyrénéenne, était encore en vie, il était déjà nécessaire de lâcher plusieurs femelles dans le Béarn.

Il faut absolument sortir du débat pour ou contre l’ours, avec une affirmation claire de l’Etat français en faveur d’une population viable dans les Pyrénées s’inscrivant dans le temps et incluant le lâcher d’un ou deux ours par an en Béarn et dans les Pyrénées centrales. Nous continuerons nos actions dans ce sens, au niveau européen notamment.

* Selon les scientifiques, une population viable d’ours serait de 50 individus minimum.

Je pense à Jacques et à ses propositions d’actions. Je ne suis pas partisane d’une grève de la faim… C’et anti-démocratique. On ne va pas singer Lassalle ! Par contre des actions comme les ours suspendus au pont de l’Alma est une bonne idée. Des médias en ont parlé. Il faudrait pouvoir renouveler ce genre d’opérations. Mais tout de même je pense que les élus d’E.E. pourraient se montrer plus présents, ainsi que les personnalités comme Hulot, Bougrain-Dubourg…

Je pense que nous n’avons aucune chance de voir Gérard Depardieu faire la grève de la faim.. ou Carla Bruni signer une pétition à l’attention du Président.. Mais, plus sérieusement, ils pourraient peut-être se manifester autrement (et les autres aussi). Une simple lettre publique appelant à la conservation de l’ours, ça devrait pouvoir se faire, non ? Quand on est parrain ou marraine, on a des responsabilités, non ? On verra si cette idée de faire agir les parrains/marraines et les VIP est retenue par les assos..

Bonsoir
En feuilletant la dernière édition du journal Le Point, on peu lire qu’au hit parade des ministres qui ont le vent en poupe et donc les plus aimés des Francais nous trouvons Chantal Juano? Number one! Pourquoi: Elle a su satisfaire les pros et anti ours ! Incroyable non? Alors il me semble assez simple pour nous et toutes les associations de contacter ce journal et certainement d’autres médias pour les informer que nous ne sommes pas satisfaits: OUI NON? Cela me semble assé simple comme action.Quand pensez-vous?

Un sondage du Point qui vient à point nommé.. En plus, heureuse coincidence, l’administration vient juste de communiquer sur les deux dernières découvertes en date : existence de 2 oursons nouveaux et de 2 femelles différentes en Val d’Aran. Que demande le peuple ? L’affaire apparait désormais bien bouclée : on n’a plus qu’à s’occuper de tirer sur les vautours..


Les commentaires sont fermés.