Tir de loup : le communiqué de la préfecture des Hautes-Alpes

cp-hautes-alpes-tir de prélèvement

Photo © Serge Montagnon

Rappel : le 29 juillet, la préfète des Hautes-Alpes, Francine Prime, avait autorisé, via un arrêté, la réalisation d’un tir de prélèvement sur les communes de Saint-Etienne-en-Dévoluy et d’Agnières-en-Dévoluy pour une durée d’un mois. Le samedi 13 août, ce fût chose faite.

En seulement dix jours, cela porte à deux le nombre de loups tués dans le cadre de la loi (le premier a été abattu par un tir de défense dans la Drôme le 3 août dernier).

Ce jour 13 Août 2011 vers 6h30 un éleveur a fait une observation d’un loup à proximité
immédiate du parc de nuit de l’alpage du col de Rabou dans les Hautes Alpes. Cet animal a été
vu de nouveau vers 8h alors qu’il se dirigeait vers le secteur du bois rond.
Le lieutenant de Louveterie, informé par les éleveurs, alertait l’Office National de la Chasse et
de la Faune Sauvage (ONCFS),pour l’organisation d’une poussée dans le secteur.
La gendarmerie avait quant à elle sécurisé le site.
Quelques chasseurs désignés par arrêté préfectoral ont participé à l’opération qui a débuté vers
12h en partant du flanc ouest du Bois Rond en direction du col de Rabou.
Vers 13h le loup fut aperçu à 200m environ de la bergerie du vallon de Barges et a été tué d’un
seul coup de feu. Il s’agit d’un mâle subadulte.
La réalisation de ce tir de prélèvement en vue de la protection des troupeaux domestiques des
communes de Saint Etienne-en-Dévoluy et d’Agnières-en-Dévoluy contre la prédation du loup,
s’est effectuée en application de l’arrêté de Madame La Préfète des Hautes Alpes, n°2011-210-3
du 29 juillet 2011.
Aucun incident n’est à signaler au cours de cette opération.
En application de la réglementation en vigueur, toutes les autorisations de tir sont suspendues
durant 24h

Destruction d’un loup dans le cadre d’un tir de prélèvement.

« Ce jour 13 Août 2011 vers 6h30 un éleveur a fait une observation d’un loup à proximité immédiate du parc de nuit de l’alpage du col de Rabou dans les Hautes Alpes. Cet animal a été vu de nouveau vers 8h alors qu’il se dirigeait vers le secteur du bois rond.

Le lieutenant de Louveterie, informé par les éleveurs, alertait l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS),pour l’organisation d’une poussée dans le secteur.

La gendarmerie avait quant à elle sécurisé le site. Quelques chasseurs désignés par arrêté préfectoral ont participé à l’opération qui a débuté vers 12h en partant du flanc ouest du Bois Rond en direction du col de Rabou.

Vers 13h le loup fut aperçu à 200m environ de la bergerie du vallon de Barges et a été tué d’un seul coup de feu. Il s’agit d’un mâle subadulte.

La réalisation de ce tir de prélèvement en vue de la protection des troupeaux domestiques des communes de Saint Etienne-en-Dévoluy et d’Agnières-en-Dévoluy contre la prédation du loup, s’est effectuée en application de l’arrêté de Madame La Préfète des Hautes Alpes, n°2011-210-3 du 29 juillet 2011.

Aucun incident n’est à signaler au cours de cette opération.

En application de la réglementation en vigueur, toutes les autorisations de tir sont suspendues durant 24h. »

Le communiqué en ligne

La position de Ferus sur les tirs de prélèvement :

« Un tir de prélèvement réussi n’éduquera en rien les loups survivants et ne leur fera pas craindre davantage de s’attaquer aux moutons. S’il atteint un membre d’une meute il ne fera pas diminuer la pression sur les les troupeaux de la ZPP et ne réduira en rien l ‘obligation de surveiller le bétail jour et nuit. »

Lire aussi la réaction de la LPO PACA et FERUS aux autorisations de tirs de prélèvement.

L’article de la Provence : Un loup abattu hier dans les Hautes-Alpes (14/08/11)

Sur le même sujet :

Loup : la liste des autorisations de tirs d’allongent dans les Hautes-Alpes (août 2011)

4 commentaires pour Tir de loup : le communiqué de la préfecture des Hautes-Alpes

  • Je trouve ça inadmissible qu’on puisse autoriser la chasse au loup meme sur un ou deux individus. Un loup tue des brebis mais il ya des milliers de brebis donc ce n’est pas « grave » alors qu’il y a très peu de loup et c’est un crime d’en tuer un. Le loup est un animal protégé et personne n’a le droit d’ en tuer un meme si il y a l’autorisation, c’est un crime et tout crime est puni! La mort d’un loup est beaucoup plus catastrophique que cellle de 40 ou 50 brebis.De plus les eleveurs ,certains, sont plus ou moins egoistes et ne pense qu’à eux!Il faudrait peut etre qu’ils aient plus de moyens et arretent de vouloir la mort du loup.Je pense également des peines lourdes mais aussi éducatives(reconversion pour les coupables en garde forestier,…) pour ceux ou celles qui abattent des animaux protégées!
    Tout cela est une question d’etat; alors plutot que parler pour rien dire il faut qu’il agisse pour la meilleur vie des hommes et des animaux.

  • Baïkal

    C’est triste pour les brebis, c’est vrai, mais elles sont condamnées à finir dans notre assiette !
    Il y a des milliers de brebis, et le loup est en voie de disparition, c’est minable, un ou deux loups, que pouvaient-ils donc faire comme dégâts importants ?
    Le loup est protégé, c’est juste une question de démagogie de politiques !
    Ils doivent être jugés pour cela. Peut-être devant une juridiction européenne…

  • vieron

    une de fois de plus pour calmer les locaux on cede a la tentation de mettre out les loups en question
    par des tirs dit politiques.

  • Véro

    A notre époque qui se dit civilisée ! il est inadmissible de tirer sur des animaux protégés qu’elles qu’en soit les raisons, en fait l’animal malsain est plutôt l’ homme qui veut tout détruire et régir la nature à sa façon. Les gibiers sont abattus par les chasseurs et donc les loups ne peuvent moins facilement se nourir ; ils se tournent vers les brebis. Arrêtons de réduire le territoire de l’ animal sauvage. Le loup est un animal protégé et doit le rester dans toute sont intégralité, il n’y a pas de passe droit à avoir.