Bilan annuel 2011 du suivi de l’ours brun dans les Pyrénées françaises

Bilan annuel 2011 du suivi de l’ours brun dans les Pyrénées françaises

Actus en France Actus ours Toute l'actualité

A la fin du mois de juin 2012, l’ONCFS a diffusé le traditionnel bilan annuel 2011 du suivi de l’ours brun dans les Pyrénées françaises.

Conclusions du rapport annuel 2011 du suivi de l’ours brun dans les Pyrénées françaises (ONCFS) :

L’aire de répartition de l’ours brun dans les Pyrénées marque une nette diminution, notamment du fait du retour de l’ours Balou sur les Pyrénées Centrales. En Pyrénées Occidentales, la réduction est surtout nette en Haute Soule et sur la Navarre.

Sur l’ensemble du massif, en 2011, l’effectif minimum d’ours bruns est estimé à 22 individus (21 en fin d’année du fait d’un ourson mort) pour une aire de répartition estimée à 4000 km², dont 2500 en France. La densité en ours sur la zone Haute-Garonne Est-Ariège ouest-Val d’Aran-Pallars Sobira (1000 km²) qui concentre la très grande majorité des effectifs est estimée à environ 0,2 ours pour 10 km², ce qui est encore en deçà de celle habituellement remarquée ailleurs en Europe.

Le taux de renouvellement de la population apparaît favorable en Pyrénées centro-orientales avec 2 portées dont une de 3 jeunes (les jeunes de cette dernière étaient encore tous présents en novembre).

La présence de 4 mâles adultes sur les sites fréquentés par les femelles adultes reproductrices et l’âge avancé de Pyros laissent supposer l’intervention prochaine de nouveaux géniteurs.

Note de FERUS (d’après le rapport annuel 2011 du suivi de l’ours brun dans les Pyrénées françaises  / ONCFS)

Reproduction, mortalité et survie des jeunes :

Deux portées de jeunes de l’année ont été détectées en 2011 :

– Une ourse (Pollen), suitée d’une jeune ourse de l’année a été détectée sur Melles (31), St-Lary et Boutx. Le père, génétiquement compatible, est Pyros.

– Une deuxième ourse (Hvala), suitée de 3 jeunes de l’année, a été détectée sur les communes de Sentein, St Lary et Boutx. Deux des 3 oursons ont pu être génotypés. Il s’agit de 2 femelles dont le père, génétiquement compatible, est Pyros.

La dépouille fraîche d’un ourson de l’année (jeune de Pollen) a été découverte le 12 juillet sur Saint Lary (09). L’absence totale de données nouvelles sur les ours Boutxy, Ziva et Aspe Ouest tend à confirmer leur disparition.

Il est à noter que les 4 jeunes nés en 2010 (Plume, Pélut, Floreta et Fadeta) étaient toujours vivants en 2011. Pour une meilleure compréhension, reportez-vous à l’arbre généalogique ci-dessous :

arbre généalogique ours pyrénéens

Effectifs :

En 2011, sur l’ensemble des Pyrénées, l’effectif minimum était de 22 ours, soit 3 de plus qu’en 2010.

Le noyau centro-oriental, seul noyau reproducteur des Pyrénées, comprenait 20 ours répartis comme suit :

– 4 mâles adultes : Pyros, Balou, Bonabé (fils de Caramelles et Pyros, repéré génétiquement pour la première fois en Espagne en 2010) et Moonboots (fils de Caramellita et Pyros, repéré en Haute-Ariège dès 2005 mais identifié génétiquement qu’en 2009),

– 6 femelles adultes : Hvala, Pollen, Bambou, Caramelles, Caramellita et Sarousse,

– 1 mâle subadulte (Pelut né de Caramelles en 2010),

– 5 femelles subadultes (Nheu et Noisette nées de Hvala en 2009 ; Plume née de Caramelles en 2010 ; Fadeta et Floreta nées de Bambou en 2010),

– 4 oursons de l’année dont 3 toujours vivants à la fin de l’année (2 femelles et un de sexe indéterminé).

Le noyau occidental comprenait 2 ours mâles : Néré (15 ans) et son fils Cannelito (8 ans).

Lire aussi :

– Statut de la population d’ours brun dans les Pyrénées en 2010 (avril 2011)

– Pyrénées : Cinq des six derniers oursons sont… des oursonnes ! (janvier 2011)

– Résultats des analyses génétiques ours : 2nd session 2010 (janvier 2011)

7 commentaires sur “Bilan annuel 2011 du suivi de l’ours brun dans les Pyrénées françaises”

2011 , c’est du passé et ces infos sont connues depuis déjà un moment …
Et maintenant, après tout ce bla-bla , certes nécessaire ,mais qui meuble l’espace plus qu’il ne fait avancer la cause de l’ours et alors que nous sommes début Août 2012 , que se passe t-il donc de nouveau depuis 2011 ? … Sur ce point, c’est toujours le mystère dans le désert des Tartares ! Après touts ces années et tout ce temps perdu en attentes , espoirs et tergiversations à peine masqués par ce rapport de l’ ONCFS si on parlait enfin de cette année 2O12 ? Que se passe t-il exactement en cette année 2012 pour le devenir de l’ours ?
Qui peut répondre ?
Nous avons largement dépassé la moitié de l’année et le plantigrade est toujours aux abonnés absents comme en témoigne le site de la DREAL Midi-Pyrénées où le plantigrade n’existe plus depuis fin 2011 , n’a plus aucun plan de sauvegarde , et n’a toujours bénéficié de rien de concret et de décisionnel pour ressusciter son noyau Occidental et pérenniser son noyau Central .
Et maintenant si on parlait un peu de 2012, qui normalement devrait décider d’un renforcement pour 2013 , et qu’au lieu d’un suivi et d’un passé on anticipait enfin un peu plus concrètement sur l’avenir ? Il serait temps ! Non ?

L’annonce de nouvelles naissances est bien tardive par rapport à l’année dernière . Peut-être est-ce une stratégie de communication , peut-être n’y a t-il pas eu de nouvelles naissances … Nous le saurons tôt ou tard . A suivre parmi tout ce qui mérite réponses que nous attendons.
On peut se demander à cette heure ce qui pourra bien être écrit en 2013 concernant le rapport 2012 ?… Ce qui est sûr en ce mois d’août, c’est que le nouveau gouvernement tant attendu sur le sujet et porteur de tous nos espoirs poursuit la même politique déplorable que celle de M. Sarkozy, de Me NKM et de M.Nihous ( CPNT ). La preuve en est l’hallucinante déclaration anti loup et anti cohabitation de M. José Bové ( Vert ! ) dans des termes identiques à ceux habituellement employés par les pires extrémistes pastoraux … Nous voilà encore bien partis ! Les bonnes nouvelles dont la mise au point d’EELV sur le cas Bové , c’est pour quand ?

Mais les pires extrémistes pastoraux sont souvent issus de la mouvance confédération paysanne dont J Bové est le grand mannitou médiatique . De tels propos ne sont absolument pas une surprise , comme on dit chasser le naturel il revient au galot .
Bon J Bové n’est pas écologiste , ce n’est qu’un lobbyiste camouflé sous une étiquette écologiste pluraliste où on trouve des opposants aux prédateurs . Peut-être (sans doute) un peu moins qu’à l’UMP ou au PS , mais il y en a .
Il paraît que l’Aspas va porter plainte contre J Bové , bonne chose .

On peut attendre une mise au point encore longtemps…. EELV ne sont pas des écolos mais des socio-démocrates… A mon avis.

Non: EELV ne trouve pas ses racines dans le mouvement ouvrier et ne se réfère ni de près, ni de loin au socialisme.
Par contre, l’écologie sans la faune, la flore et la nature sauvage, c’est à dire les espèces et les écosystèmes ce n’est pas l’écologie.
Moi, c’est la réaction de FERUS que j’attends.


Les commentaires sont fermés.