Ensemble, disons Non à l’effarouchement des ours dans les Pyrénées !

Photo Roland Clerc

Communiqué de presse des associations FERUS et Pays de l-Ours-Adet, 30 avril 2020

Ensemble, disons Non à l’effarouchement des ours dans les Pyrénées !

Les associations Pays de l’Ours – Adet et FERUS appellent toutes les personnes attachées à la protection de la Biodiversité à exprimer leur opposition à l’effarouchement des ours des Pyrénées dans le cadre de la consultation publique lancée le 29 avril par le Gouvernement.

Déjà « expérimentée » en 2019, ces actions d’effarouchement n’ont montré aucune efficacité. Aucune étude dans le monde n’en montre la pertinence, elles préconisent au contraire toutes de privilégier les techniques de protection des troupeaux.

Tenter d’effaroucher les ours est clairement inutile, dangereux et illégal.
Après une expertise détaillée, un collectif d’associations (dont nous sommes) a contesté juridiquement le décret 2019 ; le Gouvernement profite du fait que le Conseil d’Etat n’a pas eu le temps de se prononcer pour renouveler le texte dans les mêmes termes, voire même pire, comme la durée d’autorisation portée de 2 à 6 mois.

Plus grave encore, le Gouvernement n’écoute pas les experts qu’il a lui-même nommé ! Le Conseil National de la Protection de la Nature (CNPN), pourtant composé « d’experts indépendants reconnus pour leurs travaux, leurs connaissances scientifiques ou techniques dans les domaines des sciences de la vie » a en effet rendu un avis très sévère, voté à l’unanimité.
Il note spécialement qu’aucune des conditions pouvant justifier une telle dérogation à la protection de l’ours n’est respectée et il conteste formellement le caractère expérimental de la mesure et sa cohérence avec l’objectif de restauration de l’espèce dans les Pyrénées.

Non, vraiment, rien ne justifie d’effaroucher les ours dans les Pyrénées.

Les associations envisagent bien sûr de contester ce nouvel arrêté s’il était publié.

Le seul espoir de l’éviter est que le public exprime massivement son opposition et son attachement à la protection de l’ours dans les Pyrénées.

La consultation du public est ouverte du 29 avril au 22 mai 2020, chacun peut déposer son avis sur ce site (arguments à utiliser ICI).

 

Les commentaires sont fermés.