Lâcher de 2 ourses en Béarn cet automne : Bravo, Tenez-bon, Allez au bout !

Lâcher de l’ourse Ziva dans les Pyrénées en 1996. Photo FERUS.

Lettre ouverte de l’association Ferus, 27 mars 2018

A l’attention de Nicolas Hulot, Ministre de la Transition écologique et solidaire,

Annonce du lâcher de deux ourses en Béarn à l’automne 2018

Bravo, Tenez-bon, Allez au bout

Monsieur le Ministre, bravo pour cette annonce tant attendue.

Nul doute que suite à cette perspective du lâcher de deux ourses en Béarn, la pression de l’opposition, bien que très largement minoritaire, va être forte, sournoise et bruyante.

Vous avez le soutien de 76 % des habitants des Pyrénées-Atlantiques.

Nous vous demandons de tenir bon et d’aller jusqu’au bout. Nous sommes avec vous pour accompagner cette troisième phase française de renforcement de la population d’ours dans les Pyrénées.

Nous notons que vous faites le choix de lancer une concertation là où nous attendions des actes. Vous choisissez semble-t-il de mixer les deux, c’est peut-être la solution. L’avenir le dira et nous avons envie de vous faire confiance sur ce principe.

Un constat intéressant : nous sortons du débat « pour-contre » l’ours, stérile, paralysant et déjà tranché par la loi, afin d’imaginer ensemble un avenir durable et désirable pour tous.

En effet, la France s’est engagée à sauver l’ours dans les Pyrénées (Convention de Berne, 1979), elle y est même obligée (Directive Habitats, 1992).

Nous sommes conscients que le mandat d’un seul ministre ne pourra tout accomplir. Mais des bases solides doivent être enfin mises en place pour l’avenir.

Il est important que les ministres successifs et les services de l’État disent enfin calmement que l’ours des Pyrénées est une espèce en grand danger, une espèce prioritaire qu’on sauvera, même si cela demande des efforts et du temps. Il faut que tous n’aient plus aucun doute sur le fait qu’on sauvera l’ours et qu’on l’installera dans la durée.

Votre annonce va dans ce sens et c’est pourquoi nous souhaitons vous accompagner sur cette voie.

Nous plébiscitons rapidement :

– l’élaboration d’un nouveau Plan de restauration de la population d’ours des Pyrénées ;

– le renforcement de la population d’ours dans les Pyrénées.

Réapprendre le « Vivre avec l’ours » est essentiel. Tenez-bon Monsieur le Ministre, la grande majorité des Français, y compris les Pyrénéens, sont avec vous pour la sauvegarde de l’ours dans les Pyrénées.

Les commentaires sont fermés.