Louve abattue : lettre ouverte à la la Secrétaire d’Etat à l’Ecologie

Louve abattue : lettre ouverte à la la Secrétaire d’Etat à l’Ecologie

Actus de Ferus Actus loup Toute l'actualité

FERUS
BP 114
13 718 Allauch cedex

Le 13 mai 2009

Lettre ouverte à Madame la Secrétaire d’Etat à l’Ecologie,

Madame la Ministre,

A votre demande, un lieutenant de louveterie vient de tuer « légalement » une louve de la seule meute reproductrice de Haute-Savoie. L’ordre de tir avait été donné en partie pour calmer ceux qui avaient manifesté leur soutien à un braconnier, auteur cet hiver d’un autre tir mortel, illégal celui là, sur un loup de la même meute. En partie aussi, peut être, pour donner un gage aux électeurs chasseurs et éleveurs du plateau des Glières que le président de la République vient d’honorer de sa visite.

Il se trouve que cette louve était la louve alpha, seule reproductrice par conséquent, et que ce tir aura éliminé d’un coup une demi douzaine d’animaux d’une espèce théoriquement protégée.

Nous ne rouvrons pas ici le dossier complexe de la gestion des populations de loup, vos collaborateurs entendent suffisamment les positions de Ferus en groupe national.

Nous voudrions recevoir de votre part ou de celle de votre haute administration des réponses aux questions que ce triste épisode nous oblige à poser :

  1. le loup est une espèce protégée, et l’on donne l’ordre d’en tuer pendant la période de mise bas. Est-ce normal pour une espèce encore jugée « en danger en France » par l’UICN ? Dans le règne animal français, ne semble-t-il pas définitivement préférable d’être gibier abondant plutôt que prédateur rare et protégé ? On ne tire pas sur les premiers au printemps et on punit ceux qui les braconnent, alors qu’on fait l’inverse pour les seconds à en croire cette louve et les ours Cannelle et Balou.
  2. le plan loup officiel prétend « accompagner l’expansion de l’espèce » et ne saurait la cantonner dans une ère restreinte de répartition sous peine de violer la directive de 1992 « Habitats Faune Flore ». En prenant le risque de faire abattre la louve reproductrice de l’unique meute d’un département, dans la foulée du loup braconné auparavant, avez-vous le sentiment d’œuvrer pour l’expansion de cette espèce protégée emblématique ?
  3. une partie des chasseurs locaux sont hélas dans une logique d’un autre âge, suivant en cela leurs dirigeants nationaux. Ils n’ont que le mot « régulation » à la bouche, en clair éliminer les loups qui mangent du gibier réservé aux carabines des hommes. Le tir d’un second loup après le braconnage d’un premier fondé sur cette logique n’est-il pas un signal adressé à tous les braconniers potentiels, qui seront persuadés d’agir  » dans le sens de l’histoire » ?
  4. Ferus a démontré que plus de cent loups , probablement beaucoup plus, avaient été braconnés en France depuis une dizaine d’années. A part quelques paroles convenues, qu’a fait et que compte faire l’administration pour assurer réellement la police de la nature et dissuader les éventuels contrevenants ?

L’abattage de cette louve a beaucoup ému et inquiété nos adhérents et sympathisants. Ce mauvais geste ne constitue pas à lui seul une politique mais nous attendons au minimum des explications. Or les milieux officiels n’ont absolument pas communiqué après le tir, à part quelques mots de votre directeur de cabinet expliquant que les loups mangeaient des moutons, ce que chacun savait déjà. Vous avez fait annoncer une nouvelle politique de communication sur le loup, n’était-ce pas précisément l’occasion de la tester ?

Nous espérons que les réponses que vous nous ferez adresser et que nous publierons sur notre site constitueront un bon début.

Nous vous prions de recevoir, Madame la Ministre, nos respectueuses salutations.

13 commentaires sur “Louve abattue : lettre ouverte à la la Secrétaire d’Etat à l’Ecologie”

Le loup est présent dans cette région depuis bien plus longtemps que l’homme, il a le droit au respect et à vivre en paix ! Il y a des moyens pour l’éloigner sans le tuer, les clotures, les chiens de garde comme le patou (…), mais non, l’état va à la facilité ! Que cherchent-ils, qu’il n’y ait plus que l’homme sur terre avec ses animaux domestique ! C’est une honte, c’est scandaleux, indamissible et révoltant, j’ai écris au ministère de « l’écologie » et le 7 juin prochain, mon vote ira à Europe-écologie, le seul rassemblement utile/intelligent qui se soucie vraiment de l’environnement et de la vie des gens !

JE SUIS CATASTROPHE PAR CETTE NOUVELLE… LOUVE GESTANTE DE PLUS MADAME VOUS ETES SANS DOUTE SECRETAIRE D’ETAT MAIS CERTAINEMENT PAS A L’ECOLOGIE .HONTE SUR VOUS ET TOUTE LA CHAINE DECISIONNAIRE… BLEIZ56

Dans ce tir, pas de pitié, plus de mère plus de petits. La mort. Nature morte. Nous sommes en France avec nos blaireaux de chasseur tentant de prendre les rênes de l’écologie (pardon pour les vrais blaireaux), avec des politiciens faisant de viles courbettes pour se faire réélire. Triste France, pauvre louve. J’ai bien entendu participé à la cyber action. J’envie les pays boudhistes où la chasse est interdite. Ce sont des Hommes eux, avec ceux qui défendent la vie sauvage, la vie.

même si on est peiné, merci de rester courtois, notamment vis à vis des chasseurs.

arrête les bonnes paroles avec les politiques, et le milieu des éléveurs, chasseurs braconniers, etc.Vous avez aussi votre part de responsabilité dans se dossier loup, lynx, ours.

LAMBDA Toute façon les associations on leur part de résponsabilité dans se dossier, à force de se vendre, pour touche des aides finaciers. Malheuressement peut d’adhérents on le droit a la parole. Sandrine je suis désolé mais vous avez fait trop de compromis avec le milieu de l’elevage.Certain éléveurs joue le jeune de protection, mais d’autre détourne ses fonds public depuis des années. En se qui conserne le ministre de l’écologie borloo, il est un grand charlo, comme le reste au tour de lui.

Lettre ouverte à Madame la Secrétaire d’Etat à l’Ecologie,

Madame la Ministre,

A votre demande, un lieutenant de louveterie vient de tuer « Ilégalement » une louve de la seule meute reproductrice de Haute-Savoie. L’ordre de tir avait été donné en partie pour calmer ceux qui avaient manifesté leur soutien à un braconnier, auteur cet hiver d’un autre tir mortel, illégal celui là, sur un loup de la même meute. En partie aussi, peut être, pour donner un gage aux électeurs chasseurs et éleveurs du plateau des Glières que le président de la République vient d’honorer de sa visite.

Tu as raison Sandrine, il faut essayer de rester courtois. La colère est contre productive. Les chasseurs ne sont pas d’ailleurs tous les mêmes.

Tu as raison Sandrine, il faut essayer de rester courtois. La colère est contre productive. Les chasseurs ne sont pas d’ailleurs tous les mêmes.

par LAMBDA | 14 mai 2009, 20:14 la colére est contre productive  » a bon aller dire a ses voyoux de braconniers »Alors dit moi les chasseurs qui ont du respect, le grand charnier.Arrête de vous voilé la face, vous manqué de courage dans les commissions nationale, et départementale.

merci de ne pas confondre chasseurs et braconniers

Comme ceux de haute Savoie, les chasseurs drômois veulent aussi en découdre avec les loups.. (Article paru dans l’édition 26C du 15/05/2009 du Dauphiné Libéré : http://www.ledauphine.com ). Oui, je sais, il faut rester courtois…

 » Parmi les dossiers brûlants de l’assemblée générale des chasseurs drômois, figure celui du loup. « On en voit désormais partout, des loups !, jette le président Golin. Maintenant il nous faut des mesures au niveau national. Sinon éleveurs et chasseurs vont péter les plombs. » Dans le secteur de Bouvante, par exemple, les chasseurs déplorent déjà « de gros dégâts ». Ce qui fait dire à Alain Golin qu’ « il ne faut pas laisser le loup se développer. (…) On amuse tout le monde avec les tirs de prévention. Les chasseurs doivent pouvoir prélever le loup de façon légale. On est prêts à lui laisser une part, mais pas toute la part… » Affaire à suivre…

Bonjour,

Ce tir légal, même sur un animal en gestation, ne fera pas fléchir la dynamique de l’espèce dans le nord des Alpes. J’en suis convaincu.

Si je respecte la sensibilité des personnes qui ont precedemment postées, j’y vois aussi une sensiblerie que je trouve déplacée.

Un loup est un prédateur avec des stratégies de chasses sans doute assez élaborées.

Malgrès le chien de protection et le filet, cet animal à pris des risques pour se nourrir sur des proies domestiques. Il les a sous estimés. Il a tenté le coup, il a perdu.

La mort d’une louve gestante n’est pas une catastrophe.

Il y a plus à s’inquiéter de la gestion politique de ce dossier localement devenu un casse-tête.

Certains amis chasseurs ne semblent pas aussi enclins à voir une néfaste concurence dans les agissements de braconniers (quelques bonnes affaires locales !)que dans le comportement naturel de la meute des Glières. La fédération de Chasse aurait du condamner fermement l’acte de braconnage de cet hiver. De fait elle se dedie de sa (prétendue, maintenant on peut en douter) lutte contre le braconnage.

Les élus locaux (tous empêtrer dans leurs convictions de ruraux d’avant guerre) devraient faire preuve d’un peu plus de recul et nos administations d’un peu plus de clairvoyance et de volonté dans la préparation de l’arrivée de l’espèce dans les zones de colonisation.

Ce tir en flagrant délit ne changera rien sur le retour de l’espèce. Il soulage temporairement les eleveurs du secteur et c’était le but.

Je suis en faveur de l’établissement d’une population de loup en France, mais on ne peut pas nier que des problèmes reccurant existent sur certains elevages ovins.

S’émouvoir exagerement de la mort d’un individu gestant ou pas (j’ai lu quelque part le « meurte d’un loup » !) ce n’est pas sérieux. On en est plus là ! Autant j’arrive à le comprendre sur l’ours pyrénéen au vu de sa précarité, mais sur le loup en france, c’est se raconter des histoires.

Mieux vaut une balle légale et bien placée que du poison illégale et camouflé.

Grande classe la louveterie !! La décision de ce tir et l’action résultante démontrent au combien l’homme est engagé dans l’impasse de sa destruction. Laisser le loup se réimplanter c’est l’occasion pour l’homme de s’amender d toute les horreur qu’il peut commettre. Tuer le loup c’est continuer la fuite en avant.


Les commentaires sont fermés.