Louve de Prads empoisonnée : affaire classée sans suite…

Louve de Prads empoisonnée : affaire classée sans suite…

Le cadavre de la jeune louve découverte à Prads- Haute Bléone. © DR FERUS
Actus de Ferus Actus en France Actus loup Toute l'actualité
Le cadavre de la jeune louve découverte à Prads- Haute Bléone. © DR FERUS

En septembre 2011, FERUS permettait la découverte du cadavre d’une jeune louve sur la commune de Prads (Haute-Bléone, Alpes-de-Haute-Provence).

D’après les analyses toxicologiques, l’animal a été victime d’un empoisonnement.

FERUS avait porté plainte.

Mais nous venons d’être notifiés par le procureur du tribunal de grande instance de Digne que notre plainte a été classée sans suite, faute d’avoir pu identifier un coupable…

Voir aussi :

Louve de Prads : les analyses révèlent la présence de poison (novembre 2011)

FERUS permet une enquête et la découverte d’un cadavre de louve (octobre 2011)

15 commentaires sur “Louve de Prads empoisonnée : affaire classée sans suite…”

Voila, c’est justement pour éviter ce genre de chose que je souhaite faire participer les chasseurs à nos actions de protection, une majorité de chasseur peuvent être de notre coté. N’hésitons pas à les faire participer, ils y trouveront aussi leur compte, eux seuls connaissent le terrain et sont à même de pouvoir controler le barconnage. Ils détectent avant tout le monde la présence d’un animal. Nous devons leur faire confiance et l’avenir nous dira, si nous avons eu raison ou pas!!!
La justice n’a aujourd’hui aucun moyen de retrouver les coupables et il est à craindre que ce genre acte impardonnable se répète malheureusement de plus en plus souvent.
La population de loup devrait à ce jour, être beaucoup plus importante qu’elle ne l’est, cela veut surement dire que des actes de braconnages sont beaucoup plus nombreux qu’on ne le croit. Donc ce cas, mis en lumière aujourd’hui n’est en réalité qu’une petite partie de l’iceberg, et nous ne pouvons rien n’y faire, nous ne sommes que des spectateurs révoltés, mais impuissants.

Tout à fait, tu as entièrement raison lorsque tu écris cela :

que je souhaite faire participer les chasseurs à nos actions de protection, une majorité de chasseur peuvent être de notre coté. N’hésitons pas à les faire participer,

Mais je voudrais que tu me commentes cela :

Article paru sur France Agricole.fr en date du 18/02/2010

Entre 1.200 et 1.500 éleveurs et chasseurs , selon la police et les organisateurs, ont manifesté jeudi dans les rues de Gap, pour soutenir un chasseur jugé pour avoir tué une louve, espèce protégée, et demander le droit à se défendre contre le canidé.
 Derrière une banderole de tête sur laquelle l’on pouvait lire « mort aux loups », les éleveurs , des chasseurs et des élus locaux, à l’appel des Jeunes Agriculteurs (JA), de la Fédération départementale ovine et de la FDSEA, ont défilé dans les rues de la ville, au son des clochettes et des trompes. En 2008, 3.133 moutons ont été décimés lors de 906 attaques officiellement attribuées au loup. 
Les JA, à l’instar d’autres organisations, réclament le droit pour les chasseurs et les éleveurs de se défendre plus efficacement contre le loup. L’Etat a autorisé, entre avril 2009 et avril 2010, l’abattage de six loups, sur une population totale de 220.
 Les éleveurs entendaient également soutenir un chasseur , qui comparaît jeudi pour avoir tué une louve lors d’une battue aux sangliers en décembre 2009, sur la commune d’Esparron (Hautes-Alpes).

Oui, les chasseurs veulent bien participer a des actions de protection…des troupeaux…ce qui leur permettra de flinguer du LOUP, de L’OURS, et du LYNX….Je ne crois que leurs positions est bien changées depuis cette date…Et il est certain que notre CONFIANCE serait entre de bonne mains !!

(modéré)

Du braconnage il y en aura toujours et on ne pourra jamais surveiller toute la montagne,les chevreuils ont été bien plus braconné pendant leur grand retour dans les année 80, 90. Aujourdhui le braconnage sur le chevreuil a baissé et le nombre de chevreuil a pourtant plutot tendance a stagner, le braconnage n’est qu’un facteur parmis tant d’autre de l’evolution d’une population. Les dynamiques de population sont d’ailleur très mal connu, certains canidé comme le renard sont chassés, piegés, massacrés au trou, braconnés et prospere quand même…
Je pense que la baisse du braconnage pourrait ce faire par la protection de zone de fuite et de refuge, le mieux seraient de laisser de vrai foret en repousse naturel en interdisant les travaux de l’homme, c’est bien evidement pas demain la veille…
Environ 1200 chasseur a gap ( surement bien moins si on enleve les eleveurs et leurs copains)… C’est moins qu’une manifestation local pour defendre l’avenir du cerf mis a mal par l’onf et bien moins que des manifestation pour chasser le gibier d’eau un peu plus longtemps 2 ou 3 jours de plus…
Les chasseurs sont encore environ 1 200 000, il est evident qu’il est facile de trouver des delits et des citations de toute sorte avec un nombre pareil mais j’ai surtout l’impression que la plupart sont comme la plupart des francais: le sujet ne les interresse pas.

Encore une chose car les écrits de didier me font bondir !!!

Le Président de la Fédération André MUGNIER et Eric COUDURIER, Adjoint au Directeur étaient présent à la dernière commission Grands Prédateurs de la Fédération Nationale des Chasseurs le 14 décembre à PARIS.
Ce groupe de travail, piloté par Mr PLACE, Président de la Fédération des Pyrénées Atlantiques, a pour objet de suivre la situation des grands prédateurs en France afin de faire remonter les avis et attentes des chasseurs sur les populations d’Ours, de Loups ou encore de Lynx.
[…]
Il s’agit d’un projet de médiation et de communication participative sur le thème de la cohabitation avec le loup en France associant structures cynégétiques et environnementales.  Il s’organise autour de 3 axes :
Ø  Effectuer une synthèse d’expériences sur l’interaction entre le monde cynégétique, l’activité chasse et les populations de loup dans des contextes socio-économiques différents à travers l’Union Européenne,
Ø  Proposer des orientations et des pistes d’interventions sur les loups en France
Ø  Mener une série d’actions de communication et de sensibilisation adaptées au monde cynégétiques et rural.
Ce projet a reçu le soutien financier du Ministère de l’Ecologie, de la Maison de la Chasse et de la Nature et de la Fédération Nationale des Chasseurs.
[…]
Nous souhaitons engager une étude dont l’objectif final est d’envisager les mesures d’une expérimentation de gestion concertée du Loup à l’échelle de ce massif Glières-Aravis puis de proposer au Ministère un projet similaire sur 4 ou 5 massifs en France dans le cadre de la révision.fr du Plan national Loup en 2012.
cf : Chasseurs74.fr

Autre chose :

Le président de la république, lors de sa visite éclair dans le département de l’Ariège mardi dernier, avait rencontré Jean-Luc Fernandez, président de la fédération des chasseurs de l’Ariège.
« «Le tribunal administratif qui fixe la règle dit que la chasse est dérangeante pour l’ours mais, qui s’inquiète des chasseurs? »

Une rencontre rapide avec Nicolas Sarkozy qui aura certainement permis de débloquer la situation puisque Nicolas Sarkozy reçoit vendredi 27 janvier à 11h une délégation de huit présidents fédéraux sous la houlette de Bernard Baudin, président de la fédération nationale des chasseurs.

Parmi eux l’Ariégeois Jean-Luc Fernandez qui entend bien évoquer l’ours, le grand tétras et peut être même le piégeage. [ (surtout pour leur protection…ça c’est moi qui le rajoute !!]

«Nicolas Sarkozy m’a affirmé que l’Etat ferait appel de cette décision, c’est une bonne nouvelle pour tous les chasseurs de la chaîne pyrénéenne mais maintenant nous attendons des actes» conclut le Couserannais, bien déterminé à ne pas lâcher le morceau. » cf : chasse passion.net

Comme on peut le lire, tous ces gentils chasseurs sont vraiment prêts comme nous le dit Didier, accordons leur toute notre CONFIANCE…ils en ont bien besoin !! Et comme il nous le précise : … l’avenir nous dira, si nous avons eu raison ou pas!!!

Sans commentaire…..!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Totalement d’accord avec Didier et Julien; en effet durant leur phase d’expansion les chevreuils et les cerfs ont été abondamment, non pas braconnés( terme qui a une autre signification) mais chassés sans autorisation,situation qui a largement disparue avec l’octroi de plan de chasse abondants et qui n’entravent pas le développement des dites espèces
Alors pourquoi pas le loup?
C ‘est la seule voie RÉALISTE qui permettra un développement DURABLE DU LOUP EN FRANCE, CE DONT je RÊVE DEPUIS 50 ANS

Le Chasseur Vosgien

Didier a écrit:
« Voila, c’est justement pour éviter ce genre de chose que je souhaite faire participer les chasseurs à NOS actions de protection, une majorité de chasseur peuvent être de notre coté. »

Quelles actions de protection?
Tu peux être plus concret?
Moi, je ne connais aucun précédent de chasseurs ayant participé à des actions de protection…d’espèces protégées.
Ils ne « protègent » que S’ILS peuvent chasser.

Pour moi,il ne saurait être question de chasser le loup(sous couvert de régulation, car on ne le mange pas), je suis pour une répression beaucoup plus dure.
Définitivement.
Je ne crois pas une seconde à ce qu’une majorité (ni même une minorité) de chasseurs puissent être de « notre » côté.
Pour eux le Loup est un nuisible, et même le pire de tous les nuisibles.

Que pense Ferus de ce que dit Didier?

Tu as trouvé la phrase clé « ils ne protègent que s’ils peuvent chasser ».
Voilà justement l’intérêt pour eux à protéger une espèce animale, pouvoir la chasser.
Alors je vais te faire bondir(comme Michel), mais si, le développement d’une population de loup, de lynx ou pourquoi pas d’ours passe par le droit de la chasser, je signe tout de suite.
Parce que pour moi, cela signifie bien évidemment, que leur population est suffisamment nombreuse pour pouvoir l’être.
Pour comprendre mon état d’esprit, je remplis annuellement une classeur EXCEL de calcul, qui d’après des données récupérées sur des sites d’associations ou officiels de l’état, me permettent par calcul automatique donc, d’estimer une population de loup, de lynx et d’ours en France selon les territoires occupés et possibles pour eux. Ces calculs sont plus précis pour les ours, parce que les infos le sont aussi.
Je n’ai pas la prétention de dire, que ces calculs sont exactes à 100%, mais au fil des années, ils s’affinent et permettent d’avoir une idée plus précise de la réalité sur les populations existantes de ces 3 espèces et d’en imaginer le développement.
Tu verra ainsi, que quand et uniquement quand, ces effectifs seront atteind, il ne sera pas du tout dément d’autoriser une chasse réglementée de ces grands prédateurs.
Mais une chose est sûre c’est que ces espèces seront toujours présentes et plus menacées de disparition en France.
PS je tiens cette feuille de calcul à ta disposition si cela t’intéresse, ainsi qu’à toute personne intéressée, il te suffit de me donner ton adresse Mail sur ce site, que je consulte régulièrement.

Didier a écrit :

si, le développement d’une population de loup, de lynx ou pourquoi pas d’ours passe par le droit de la chasser, je signe tout de suite.

et puisque : je remplis annuellement une classeur EXCEL de calcul, qui d’après des données récupérées sur des sites d’associations ou officiels de l’état, me permettent par calcul automatique donc, d’estimer une population de loup, de lynx et d’ours en France selon les territoires occupés et possibles pour eux.

Alors tu dois pouvoir répondre rapidement a la question que je te pose depuis plusieurs fois ! A combien d’individus LOUPS, ORS, LYNX estimes-tu que toi et tes copains pourraient être autoriser a les chasser ?

Michel, n’as tu rien d’autre à faire que de commenter tous mes écrits ?
Si tu veux, je t’envoie le classeur EXCEL et tu auras la réponse à ta question !!!

Ravis de voir qu’il y a des gens qui essayent de comprendre que tout le monde ne voit pas les choses de la même façon.
Nous échaffaudons, chacun de notre coté, des plans pour aboutir à un objectif commun, acceptons des choses que d’autres ne tolèrent même pas.
Mais l’important, c’est bien la survie de notre faune sauvage, le reste n’a que peut d’intérêt.
Merci à Julien et au Vosgien pour leur ouverture d’esprit

A Didier,

Tu as oublié deux choses:

1) J’avais mis des guillemets à « protègent ». Tu t’es permis de les enlever.Est-ce vraiment un oubli?
Je ne les avais pourtant pas mis pour rien.
Il est évident que chasser n’est pas protéger.
Il est tout aussi évident que les chasseurs ne savent « protéger » QUE LE GIBIER et d’une seule façon: en éliminant les « nuisibles ».
Prenons un exemple actuel:
Le blaireau, est dans certains départements, classé « gibier » (ou plutôt déclassé de nuisible en gibier).
Ce pourrait être le cas du loup déclassé de nuisible à gibier (mais en passant par la case espèce « protégée »).
Quelles actions de protection les chasseurs (qui le plus souvent s’opposent, dans les Commissions Départementales de la Chasse et de la Faune Sauvage, à ce classement)mènent-ils en direction du blaireau?

Ils…le chassent et c’est tout.
Donc je ne crois pas une seconde que protéger le Loup consiste à le chasser.

2) Et donc tu as oublié de répondre à ma question te demandant d’être plus concret. 🙂

Pierre

Je ne suis certainement pas qualifié pour répondre avec certitude à cette question, mais d’après mes calculs, le seuil minima pour les 3 espèces serait à mon avis de: 120 ours, 500 lynx et de 1500 loups, ceci sur les territoires occupés actuellement. Je crois que ces chiffres ne sont pas délirants.
L’accroissement annuel de ces populations d’après mes calculs, est d’environ: 7% pour l’ours, de 8% pour le lynx et 20% pour le loup, permettrait aux chasseurs de prélever un tier de cette accroissement sans mettre la survie de l’espèce en danger(peut être sélectionner les animaux à tuer « les vieux animaux par exemple »), tout en lui permettant même de continuer à recolonniser d’autres espaces.
Mais je pense que FERUS est beaucoup plus compétent que moi pour répondre à cette question.

Comme j’avais déjà cherché à l’expliciter mais mon message n’est pas toujours apparu , nous avons suivant rapport ONCFS 180
à 200 loups avec 14 MEUTES REPRODUCTRICES ; si l’on retient 3 louvarts par meute( âpres pertes de l’été) on peut estimer le nombre de louvarts post naissance à 42 , alors un plan de chasse de 14/15 loups est envisageable en substitution aux tirs ministériels qui représentent une organisation couteuse pour le contribuable( mobilisation agent ONCFS, réunions nombreuses et variées) et cela sans supprimer les rancœurs de tous ordres des uns et des autres et en laissant bien sur champ libre à l’éventualité de tirs clandestins de la part des chasseurs lors d’actions de chasse par ailleurs tout à fait légales
un plan de chasse loup aurait d’ores et déjà l’immense mérite de rendre les chasseurs ACTEUR DU RETOUR DU LOUP DE NOTRE PAYS car n’en doutez pas il ne peut y avoir de protection DURABLE du patrimoine naturel sans la participation des chasseurs aux Cotés des des assoc de protection de la nature
on n’est QUAND MEME PAS EN GUERRE CIVILE PARLONS NOUS ET ALORS IL NE POURRA Y AVOIR DE SOLIDARITÉ ENTRE LA MAJORITÉ DES CHASSEURS ET EFFECTIVEMENT QUELQUES EXTRÉMISTES DE LA CAUSE CHASSE
NOTA/ LE PLAN PROPOSE EST TOUT A FAIT COHÉRENT AVEC CE QUI SE FAIT EN FINLANDE ET SLOVÉNIE, en revanche bien sur le plan ne devra concerner que les départements ALPINS ET PAS BIEN SUR LES ZONES NOUVELLEMENT COLONISÉES

le Chasseur Vosgien

Bonjour et merci à tous d’avoir donné votre avis. Le forum est désormais fermé pour cet article. Pour sa part, FERUS se prononce contre un quelconque plan de chasse au loup. Nous sommes déjà opposés aux tirs de prélèvement effectués au hasard sur des loups loin des troupeaux, tirs que nous jugeons inutiles pour faire baisser la prédation sur les troupeaux (cela peut même avoir un effet inverse). Le loup est une espèce encore vulnérable en France et déjà fortement impactée par le braconnage. Le lynx et l’ours plus encore sont davantage menacés ; la question de la chasse se pose encore moins pour ces espèces.


Les commentaires sont fermés.