Pyrénées : Cinq des six derniers oursons sont… des oursonnes !

Pyrénées : Cinq des six derniers oursons sont… des oursonnes !

Actus en France Actus ours Toute l'actualité

Communiqué,  Pays de l’Ours-ADET, Arbas, le 6 janvier 2011

Pyrénées : Cinq des six derniers oursons sont  … des oursonnes !

Il est peu de dire que les résultats d’analyses génétiques concernant les derniers oursons nés dans les Pyrénées étaient attendus.
Ils viennent d’arriver et la nouvelle est bonne pour les amis des ours : Cinq des six derniers oursons nés dans les Pyrénées sont des femelles.

Nheu et Noisette d’abord, les oursons de Hvala nés en 2009, dont le sexe n’avait pu être déterminé jusqu’alors.

De même, trois des quatre oursons nés en 2010 sont également des femelles :

  • Caramelles a donné naissance à une femelle et un mâle en Couserans (Ariège)
  • Bambou a donné naissance à deux oursonnes en Val d’Aran (Espagne).
    A noter que Bambou n’était alors âgée que de trois ans, alors que l’âge de première portée est plus habituellement quatre ans.


Ces bonnes nouvelles ne peuvent pour autant occulter les limites de la situation actuelle : le mâle Pyros est le père de ces six oursons (et de la plupart des précédents). Les caractéristiques démographiques et génétiques de la population d’ours ne permettent donc toujours pas d’espérer son maintien à long terme.

Bon taux de survie des oursons, précocité de certaines femelles, faible intervalle entre les portées, les paramètres démographiques de la population d’ours des Pyrénées Centrales démontrent une nouvelle fois la bonne adaptation des ours lâchés à leur nouveau territoire, ce qui ne peut que nous encourager à poursuivre la restauration de l’espèce, conformément aux engagements européens de la France.

Pour lire cet article dans son contexte :

– Pyrénées : cinq des six derniers oursons sont… des oursonnes!, CP Pays de l’Ours-ADET (6/01/2011)

Et aussi :

Vidéos des 2 portées d’oursons nés cet hiver dans les Pyrénées, FERUS (3/11/2010)


3 commentaires sur “Pyrénées : Cinq des six derniers oursons sont… des oursonnes !”

Bonne nouvelle mais dans ce cas le lâcher d’un ours mâle serait peut être judicieux
PYROS étant le seul géniteur y a t’il un risque pour la survie de l’espèce par consanguinité
En souhaitant que ces femelles ne subiront pas le même sort que Franska et Cannelle

Le lâcher d’une femelle dans le Béarn (noyau occidental de la population d’ours) est plus urgent : les 2 mâles restant, Néré et Canellito, sont sans femelle depuis maintenant plus de 6 ans… Et pour le noyau central, il risque effectivement d’y avoir des problèmes de consanguinité si Pyros se reproduit avec ses propres filles! Il faudrait donc aussi apporter du sang nouveau de ce côté-là.

On a beau relâcher de nouveaux ours, leur nombre n’augmente pas…On est toujours à environ vingt individus. Où est passée la dizaine d’ours née depuis les premiers lâchers de 1996-97 ? On en a retrouvé DEUX ! Des braconniers agissent en silence et ça va continuer puisque l’on ne fait rien pour les protéger !


Les commentaires sont fermés.