Récit : notre premier lynx boréal

lynxclairiereNotre premier lynx boréal

Par Gilles Pullino

Article paru dans la Gazette des grands prédateurs n°47 (février 2013)

Depuis 20 ans, mes pérégrinations naturalistes sur les traces des grands carnivores européens m’ont conduit à travers les massifs les plus favorables du continent. Tout au long de ces années, l’expérience accumulée sur le loup et l’ours et sur les différents territoires qu’ils fréquentent m’a permis de faire de nombreuses observations. A l’inverse, mon seul contact avec le lynx se résumait jusqu’ici à une empreinte imprimée dans la boue, trouvée sur une piste au cœur d’une forêt slovène.

Cette différence, probablement liée à mon inexpérience et à mon manque d’investissement sur l’espèce, a motivé à la fin des années 2000 plusieurs voyages plus ciblés sur cet animal.

En avril 2009, un séjour en Espagne sur un site bien connue de la Sierra Morena en Andalousie, offrait l’opportunité d’un premier contact visuel avec le lynx. L’observation de quatre spécimens de la version ibérique, le Lynx pardelle, marquait le début de notre relation. Le passage d’un individu à une dizaine de mètres de nous, alors qu’il ne pouvait ignorer notre présence, nous révélait déjà la surprenante tolérance de l’animal vis-à-vis de l’homme.

Au printemps 2010, profitant de l’AG de FERUS, je passais une semaine dans le Jura et le Doubs à la rencontre des différents acteurs du suivi de l’espèce. L’ensemble de ces contacts me permit de mieux cerner l’animal et de commencer à appréhender ses habitudes et son comportement. De nombreux récits de naturalistes confirmaient nos observations andalouses : à l’instar de son homologue espagnol, le Lynx boréal peut aussi se montrer d’une déroutante indifférence à la présence humaine. Malgré tout, les nombreux affûts réalisés ne furent pas couronnés de succès.

Tout au plus avions-nous pu suivre une voie bien marquée sur les dernières parcelles de neige épargnées par le redoux printanier.

Du 4 au 11 mars 2012, en compagnie de Béatrice et rejoint par notre ami Robert, déjà présent en 2010, nous retournons dans le Jura. Le choix de la date nous permet d’inscrire notre séjour pendant la période du rut et de bénéficier de la pleine lune. Nous verrons plus loin que ce détail aura son importance.

Lire la suite en téléchargeant l’article en pdf :

notre premier lynx boréal gazette 47

Notre premier lynx boréal – Gazette 47

S’abonner à la Gazette des Grands Prédateurs / les anciens numéros !

1 commentaire pour Récit : notre premier lynx boréal