23 oursons dans les Cantabriques

23 oursons dans les Cantabriques

Fapas
Actus internationales Actus ours Toute l'actualité
Ourse et 3 oursons Cantabriques Fapas

D’après Leonoticias.com, et en attendant les résultats définitifs du comptage annuel, les estimations indiquent que 23 oursons sont nés en 2011 dans les Cantabriques, 20 pour le noyau occidental et 3 pour le noyau oriental. Si, après avoir été en situation critique dans les années 1990, la restauration de l’espèce se poursuit dans l’ouest des Cantabriques, ce n’est pas le cas dans l’est où les effectifs stagnent. Actuellement, on compte près de 200 ours dans les Cantabriques dont environ 160 pour le noyau occidental et seulement 30 pour l’oriental.

Depuis 2009, un projet européen vise à connecter les 2 noyaux, séparés par une zone d’environ 80 km où certaines infrastructures entravent le passage des ours d’un secteur à l’autre.

Source : Las 20 crías de la esperanza (Leonoticias.com, 30 octobre 2010)

Vidéo FAPAS d’une ourse et ses 3 oursons nés en 2011 dans  le secteur de Proaza (aux dernières nouvelles d’octobre, les 3 oursons se portaient bien) :

10 commentaires sur “23 oursons dans les Cantabriques”

S’il s’agit du nombre de naissances répertoriées dans les cantabriques ce chiffre est très mauvais.

Je pense que le journal se trompe et que ces chiffres de 20+3 sont les premières estimations du nombre d’ourses suitées en 2011.
En 2010, nous étions sur la base d’environ 25 ourses suitées pour le noyau occidental (record depuis près de 30 ans) + 3 pour le noyau oriental (plafond qui n’a pas été dépassé depuis 20 ans pour ce secteur). Je n’ai plus le chiffre exact pour les oursons mais je crois que globalement cela donnait 52 oursons pour les deux zones.

Si il n’y en avait que 23 recensés pour 2011… ce serait donc une chute importante, sachant que le décompte final ne va se réajuster que de quelques unités au printemps prochain.
Une confirmation de ce chiffre attesterait de la précarité du rétablissement de cette population et mettrait également à mal le projet de renforcer la population pyrénéenne à partir des Cantabriques.

Comme le font si bien nos politiques je dirais qu’il est urgent d’attendre la confirmation de cette information.

Si je me rappelle bien on avait compté en 2010 plus que 40 oursons. Et cette année donc 23. Comment peut-on donc parler d’un nombre augmentant d’oursons?

Les Espagnols ont un formidable projet . Réunir deux noyaux distants de 80 Kms . Nous ,en France, nous n’aurons même pas eu droit au formidable projet de seulement sauver la population béarnaise . Ce n’est pas que les subventions Européennes auront manqué en béarn, c’est seulement que le pastoralisme béarnais aura pris tout l’argent de l’ours sans aucune contre partie et que c’est aujourd’hui à travers l’IPHB un fait acquis et entériné définitivement … Alors relier chez nous ce qu’il reste du noyau béarnais moribond avec le noyau Central , c’est pas demain la veille ! Nous ne sommes pas dans le même monde , nous n’avons pas les mêmes valeurs environnementales ni le même sens de la biodiversité ! Ceci dit en Espagne ce projet est devenu un enjeu de subventions Européennes avec lequel interfère le projet Life subventionné lui aussi par l’Europe et qui prévoit le déplacement de trois ou quatre ours des Cantabriques vers les Pyrénées . S’est instauré un bras de fer à propos de ces deux projets dont je ne connais pas tous les tenants et les aboutissants ( sans doute les Associations Françaises doivent-elles en savoir plus … ) et dont l’issue ne dépendra probablement que de la décision du choix et de l’octroi de ces subventions par l’Europe .Une affaire de gros sous . En attendant la conclusion , bravo à l’Espagne pour sa capacité à sauvegarder chez elle la grande faune et pour avoir fait des Cantabriques une réserve mondiale classée à l’Unesco pour la richesse exceptionnelle de sa biodiversité . Ce qui , chez nous, aura été inaccessible pour un Parc National des Pyrénées déclassé , incapable d’évoluer et enferré dans sa médiocrité .

P-S . Il est fort possible que ces chiffres aient été plus ou moins volontairement minorés par le Fapas actuellement vent debout contre le projet  » Life  » et s’en serve d’argument … C’est vrai que même le chiffre total de la population ursine me semble stagner en comparaison des prévisions de croissance que l’on pouvait faire il y a deux ou trois ans … Je pense que l’enjeu des dépenses et subventions Européennes actuellement en cours de débat pollue quelque peu la réalité .

D’après l’info. que j’avais lue (je ne sais plus où), il s’agissait de 26 ourses suitées, avec 52 oursons pour 2011.
En 2010, d’après un journal espagnol, il y avait eu 43 naissances. Ce qui semble plus plausible.

Je pense que Franska a raison, le chiffre de 26 ne corresponds pas au nombre d’oursons de l’année 2011, mais au nombre d’ourses situées en 2011.
C’est effectivement ce que j’ai lu, et retenu d’un précédent article.

Si on réfléchit en terme d’urgence et de priorité pour les subventions Européennes entre relier deux noyaux de 160 et 30 ours dans les Cantabriques ou sauver un noyau Béarn-Aragon agonisant de 2 mâles et pérenniser définitivement un noyau Central d’une vingtaine d’ours dans les Pyrénées … il me semble qu’il n’y a pas photo !… Cependant le Fapas est une grosse structure qui peut imposer sont point de vue .

Le nombre d’ourses suitées peut-être très variable d’une année à l’autre puisque les ourses ne mettent bas que tous les 3 ou exceptionnellement 2 années. Le nombre d’ourses suitées représente en moyenne 10 à 15 % d’une population comme celle des cantabriques. Une année faste comme 2010 (23 femelles suitées) est forcément suivie d’une ou deux années plus modeste. Ce qui est important c’est l’évolution sur plusieurs années. En outre, le nombre moyen d’oursons par portée dépend de la nourriture disponible pour les futures mères en automne notamment.
La population ouest-cantabrique est très dynamique, elle le prouve chaque année!


Les commentaires sont fermés.