Grèce : Arcturos, le gardien de l'ours

arcturos-ours-grèce-gazette-45lArcturos : le gardien de l’ours

Par Manuel Donadieu

Article paru dans la Gazette des grands prédateurs n°45 (août 2012)

Arcturos est une organisation non gouvernementale grecque fondée en 1992 qui a pour but la protection des grands carnivores, de leurs habitats et la sensibilisation du public. Dans le cadre de mon service volontaire européen, j’ai souhaité travailler en Grèce pour une organisation qui œuvre, au quotidien, pour la protection de la nature. J’ai ainsi vécu de mars à décembre 2011, à une centaine de kilomètres de l’Albanie et du FYROM, dans le village d’Aetos (900 habitants) qui accueille les bureaux de l’ONG depuis sa création.

Les questions suscitées par la présence de l’ours brun et les mesures de protection des populations ursines sont nombreuses en Grèce. L’homme et l’ours partagent en effet souvent le même espace. C’est donc un travail de tous les instants pour limiter les tensions et les pertes d’origine accidentelles ou volontaires. Malgré tout, l’état de conservation de la population d’ours (300 à 400) s’améliore, et les mentalités locales aussi.

Le suivi des populations

Il y a une dynamique chez Arcturos qui les pousse à intervenir à différents niveaux – locaux, nationaux et internationaux – pour mener à bien leurs projets de protection de grands carnivores. Il ne semble guère surprenant alors que tant de personnes y travaillent (20) et que l’association ait un si important réseau de volontaires.

La motivation de l’équipe d’Arcturos à participer à la protection de la nature, leur conviction, leur grande disponibilité ont stimulé mon engagement de volontaire. Nous (les quatre volontaires européens) étions impliqués dans la plupart des missions scientifiques. J’ai pu, ainsi, participer à différentes missions impliquant un suivi génétique des populations d’ours (récolte de poils d’ours à des fins d’analyse en laboratoire), la recherche d’indices de présence d’ours (empreintes, excréments) dans des zones connues de risque de collision avec des véhicules ou encore le suivi par radio d’ours dotés de colliers avec des balises satellitaires.

La portée de telles actions était, au début, parfois difficile à cerner pour le volontaire que j’étais vu que les programmes portent sur plusieurs années. Mais j’ai compris que la nature de telles recherches permet de concentrer les efforts d’Arcturos sur deux points :

–  mesurer les impacts de la construction d’autoroute sur les populations d’ours brun et prévenir des collisions ultérieures par la poursuite d’équipements adaptés au passage de la faune via l’autoroute Egnatia Odos,

–  établir un bilan génétique des populations d’ours brun.

 

Lire la suite en téléchargeant l’article en pdf :

arcturos-ours-grèce-gazette-45

arcturos-ours-grèce-gazette-45

S’abonner à la Gazette des Grands Prédateurs / les anciens numéros !

Les commentaires sont fermés.