Le « pavé de l’ours » ariégeois à François Hollande

Le « pavé de l’ours » ariégeois à François Hollande

Actus de Ferus Actus en France Actus ours Toute l'actualité

Communiqué CAP-Ours (Coordination Associative Pyrénéenne pour l’Ours- Pyrénées, Pays des Hommes, Pays des Ours)

31 août 2011

Le pavé de l’ours ariégeois à François Hollande

Quelle était l’intention du comité de soutien ariégeois de François Hollande en lui proposant de rencontrer l’Aspap le 1er septembre lors de sa campagne pour les primaires socialistes ? François Hollande sait-il seulement qu’il a en fait rendez-vous demain matin avec la plus extrémiste des associations pyrénéenne anti-ours ?

Depuis sa création en 2006, l’Aspap multiplie en effet les positions et les actions violentes, appelant régulièrement à l’illégalité et au déni de démocratie. Ne reculant devant aucun moyen, ses membres pratiquent sans détour l’intimidation, l’insulte, les menaces, voire l’agression physique, certains ayant été pour cela condamnés.

Refusant toute concertation (encore la semaine dernière), l’Aspap compte donc parmi ses haut-faits maints appels à la destruction d’espèce protégée (encore aujourd’hui), une menace de déclaration de guerre à l’Etat, ou encore le saccage de la commune d’Arbas, en avril 2006, commune alors dirigée par un maire … socialiste.

A l’époque premier secrétaire du PS, François Hollande avait réagi en déclarant : « La position du parti socialiste est claire. La France se doit de respecter ses engagements internationaux (convention de Berne et Directive habitats) quant à la préservation de la biodiversité que nous défendons sans réserve. Cette nécessité est devenue urgente en ce qui concerne les ours depuis la disparition de Cannelle […] Nous avons par ailleurs dénoncé l’attitude des anti-ours à Arbas« . François Hollande aurait-il changé d’avis ? Défendra t-il ses convictions devant les membres de l’Aspap, ou se contentera t-il de « comprendre » les positions d’amis décidément bien encombrants de son comité de soutien local ?

Dans le contexte politique actuel, il serait bien hasardeux de la part d’un candidat potentiel à l’élection présidentielle de cautionner une organisation rétrograde et violente, défendant des thèses anti-environnementales très minoritaires dans l’opinion pyrénéenne et à fortiori au niveau national.

Voici ainsi une nouvelle illustration de la morale de la fable L’Ours et l’amateur des jardins de Jean de la Fontaine : « Rien n’est si dangereux qu’un ignorant ami; mieux vaudrait un sage ennemi ».

Laurent Fabius a déjà fait les frais il y a quelques années des « bons conseils » d’amis ariégeois (les mêmes, peut-être …?) quand il a regretté sur une radio nationale, que l’on ait lâché dans les Pyrénées des ours carnivores, alors qu’il en existerait des herbivores …

Tout(e) candidat(e) à l’élection présidentielle doit savoir qu’il(elle) n’échappera pas une fois élu(e) à la question de la restauration de la population d’ours dans les Pyrénées. C’est en effet une obligation légale de la France en regard des lois européennes, mais aussi et surtout un devoir éthique et moral en phase avec l’évolution des valeurs de la société.

Les associations membres de CAP – Ours :

Altaïr Nature, Association Pyrénéenne des Accompagnateurs en Montagne 66, section Catalane du Syndicat National des Accompagnateurs en Montagne (APAM 66), APATURA, Association Nature Comminges (ANC), Comité Ecologique Ariégeois (CEA), Conseil International Associatif pour la Protection des Pyrénées (CIAPP), FERUS (Groupe Loup France/ARTUS), Fonds d’Intervention Eco-Pastoral – Groupe Ours Pyrénées (FIEP), France Nature Environnement Midi-Pyrénées (FNE Midi-Pyrénées), France Nature Environnement Hautes Pyrénées (FNE 65), Mille Traces, Nature Midi-Pyrénées, Nature Midi-Pyrénées comité local Hautes-Pyrénées, Pays de l’Ours- ADET (Association pour le Développement Durable des Pyrénées), Société d’Etude de Protection et d’Aménagement de la Nature dans le Sud Ouest section Béarn (SEPANSO Béarn), Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères (SFEPM), Sours, WWF France.

8 commentaires sur “Le « pavé de l’ours » ariégeois à François Hollande”

tant qu’on cedera a ces beaufs à beret,alors que leurs « activité de jardinage de montagne »,ne rapporte rien,mais coute au peuple français,ils continuerons leurs activitées de haine des predateurs en général.a croire qu’ils ont du temps pour ça en plus.l

François Hollande, pour avoir des voix à la primaire socialiste dans ces régions pyrénéennes plutôt à gauche, à mon avis tournera sa veste ! A suivre…!

une fois encore un candidat se dirige vers les plus gueulards, pas les plus efficaces dans le travail mais les plus gueulards dans le négatif. ils sont loin des textes européens ainsi que les directives travaillant pour la biodiversité! Seulement il a besoin de voix….les autres suivront à la recherche de nos voix.
mais il faut lui rappeler ses prises de position et ses grands discours. Il en sera de même pour les autres

Moi qui envisage de voter aux primaires socialistes pour voter pour celui le plus apte à collaborer avec Eva , voilà un message qui m’a beaucoup intéressé. Merci à Férus de continuer à nous informer sur ce point crucial.

Attention à toi, François,
Si tu choisis les anti-ours,
Dès le début de ta course,
A coup sûr tu perdras ma voix!!!

Il a l’air bien embêté Hollande sur ariège news ou sur la gazette des alpages…
Sa journée passée auprès de l’ASPAP est un exercice de langue de bois exemplaire.
Quant à connaitre ses intentions … Calife à la place du calife à tout prix ?

BONJOUR QUELLE STUPEFACTION de la part d un candidat aux elections presidentielles et moi qui comptais voter pour françois hollande et qui n arretais pas de faire detr la propagande pour le parieusement mes intentions ti socialiste quelle tromperie je vais reviser serieusement mon vote qui se dirigeras vers les plus protecteurs de la biodiversitè dans ce pays et je vais m employer a faire une pub aux socialistes mais alors quelques choses de costaud .


Les commentaires sont fermés.