Sarkozy a tranché : il n'y aura pas de lâcher d'ourse dans le Béarn

pas de lâcher ourse béarn pyrénées

Photo Roger Isoard

Communiqué de FERUS, 1er juin 2011

Les ours béarnais abandonnés

L’Etat français a donc décidé de ne pas lâcher la femelle qu’il avait promis de réintroduire en Béarn, où ne subsistent que deux mâles. Il renie ainsi l’engagement qu’il avait pris l’an dernier de remplacer les ours tués par la faute de l’homme.  Il renonce par là même à sa décision de procéder par toutes petites étapes au soutien  d’une population d’ours pyrénéens en grande difficulté, faute d’avoir affiché sa volonté de la restaurer.

FERUS regrette profondément et condamne ce piteux abandon au bout d’un long processus de concertation, de consultation, de recueil d’avis scientifiques. Tous globalement favorables malgré les habituels hurlements des éleveurs, et des élus de service qui veulent s’attacher leurs votes minoritaires mais encore influents.

C’est une triste nouvelle pour le Béarn d’abord, ces vallées d’Aspe et d’Ossau où ont longtemps vécu les derniers ours d’origine dans des milieux naturels  très propices. Le fils de l’ourse Cannelle les fréquente encore mais il n’aura pas de descendance. Les quelques caciques locaux qui monopolisent l’expression publique et ont dépensé tant d’énergie et d’argent public pour parvenir à ce rejet seront les seuls à applaudir.

C’est également une triste nouvelle pour la France qui a envie de nature, les Français le disent chaque fois qu’ils sont interrogés. La biodiversité française a moins besoin de stratégies successives que d’un peu de courage de la part des généraux en chef et de la mise en œuvre des  moyens nécessaires.  La France reste un pays de second rang pour l’écologie en Europe, cette affaire n’en est qu’une manifestation de plus.

Curieux pays en outre, où l’apport d’un seul animal dans le cadre d’un programme de gestion qui a déjà fait l’objet d’innombrables études, programmes, annonces et mises en œuvre est suspendu au choix du chef de l’Etat. Obama et Merkel en font-il autant ?

FERUS se battra pour que cet échec ne marque pas la fin de l’histoire, aux côtés des autres ONG qui défendent la nature et la faune sauvage, et plus largement des relations apaisées entre l’homme et un environnement dont il fait partie.

Nous travaillerons en priorité pour les ours qui s’accrochent dans les Pyrénées centrales et font preuve d’une remarquable vitalité : ils survivront à ceux qui gouvernent aujourd’hui. Nous devons continuer de préparer les conditions de leur renforcement qui sera remis en débat après 2012. Nous verrons d’ici là ce que diront les instances européennes devant le refus de la France d’ignorer son obligation de rétablir les espèces prioritaires en grand danger telles que l’ours.

Voir aussi :

– Pour le lâcher d’une ourse dans le Béarn : CYBER ACTION !!!!!! (mai 2011)

Lâcher d’une ourse : avis favorable du CNPN (21 mai 2011)

– 15 ans déjà depuis le premier lâcher d’ours en France ! Ferus et Pays de l’ours-Adet font le bilan (communiqué FERUS / Pays de l’ours-ADET, 19 mai 2011)

– Consultation pour la réintroduction d’une ourse dans le Béarn : la contribution de FERUS (février 2011)

– Ours : 16 000 signatures pour restaurer une population viable ! (février 2011)

– Lettre ouverte à C. Jouanno : attendre encore, c’est compromettre le lâcher d’une ourse en 2011 (lettre ouverte, octobre 2010)

30 commentaires pour Sarkozy a tranché : il n’y aura pas de lâcher d’ourse dans le Béarn

  • Jacques Baillon

    ben oui, Ugatza.. Bonne idée. C’est exactement ce que je disais plus haut en écrivant :

     » Rappelons que lors des manifestations parisiennes du Panthéon (qui avaient réuni 4000 personnes pour la défense de l’ours) il avait été souhaité par les manifestants (et cela avait été repris par plusieurs orateurs) que tous les ans, à la date anniversaire de la mort de Cannelle, on se retrouverait tous au même lieu jusqu’à ce que la population d’ours soit suffisamment renforcée et placée hors de danger d’extinction ».

    Je me souviens très bien de cette action car c’est moi qui l’avait suggérée à Ferus. J’y avais ensuite pris une part importante – en particulier au niveau de la diffusion de l’appel sur le net auprès des diverses associations de défense de la nature repérées – pendant que d’autres militants, à Paris, s’étaient occupés des aspects pratiques (lieu du défilé, autorisations préfectorales, sonorisation de la manif, discours à la tribune etc..). On doit encore trouver des traces de cette action réussie sur le net. En tout cas le record (autour de 80 assos de mémoire) est à battre. Ceux qui ont envie de se remuer à nouveau peuvent se retrousser les manches..

  • FOUQUEAU

    Sauf erreur de ma part il n y a eu aucune reaction des candidats ecologites trop occupes a se mordre les une les autres.
    Pourtant ils auraient du a mon sens etre les premiers a reagir a cette decision inadmissible.

    Souvenons nous en pour 2012.

  • Sacrés français,

    vous êtes 70 millions et vous ne parvenez pas toujours pas à mettre la nature comme une priorité sauf une petite minorité qui en a conscience. peut-être que la nature apparaît encore trop belle en surface pour que peu de gens ne s’émeuve!
    la mobilisation pour la protection n’a guère changé en 30 ans; ce n’est guère facile face à des politiciens des Pyrénées ou d’ailleurs qui ne sont que langue fourchue.
    mais je pensais quand même que cela bougerait avec l’ours, une espèce aussi emblématique. Mais quand on a chez le politique français cette pensée que la France est le nombril du monde et qu’on a aucun conseil à recevoir de personne! Les mentalités françaises devront changer comme dans mon pays mais cela prendre beaucoup de temps ( 2 générations) et peut être qu’il n’y aura plus rien d’int »ressant à protéger dans ce pays qui se voulait si beau.
    Battez-vous ,Ferus , on est avec vous! démontrez point par point dans la presse que les argumenst avancés pour ce non-renforcement de la population béarnaise sont mensongés mais bien électotalistes(vision à court terme).
    les Français seront quand même intelligents à se rendre compte de cette attitude méprisante du politique pour ces concitoyens.

    Un belge qui s’est mobilisé en son temps pour Organbidexka et les faucons pélerins des Vosges parce qu’on ne trouvait pas assez de français pour aider la nature!

    Nous, on ne vous laisse pas tomber mais lecombat sera très dur vu le climat passionnel qui habite vos chères Pyrénées.

    Marc GERARD

  • Ugatza

    Ben non, Jacques… hélas.

    Cette manifestation (tu dis 4000?) de 2004 avait surtout été une réaction d’une petite partie de l’opinion, de son émotion provoquée par la mort de Cannelle.

    Les assos avaient certes SIGNE un appel à la manifestation (c’est mieux que rien), certaines personnalités (comme Allain Bougrain-Dubourg) avaient participé à des émissions (alors que l’appel à cette manif ne figurait même pas sur le site de la LPO, ni dans les courriers adressés aux délégations régionales ou aux groupes régionaux.
    Je suis bien placé pour le savoir.
    Les associations n’avaient pas appelé leurs adhérents à se mobiliser à quelques exceptions près.
    Dans toutes les réactions des associations ou personnalités dont je lis les réactions aujourd’hui, je ne trouve aucun appel à une quelconque mobilisation sous quelque forme que ce soit, ce qui, reconnaissons-le, serait un aveu du bilan à faire du Grenelle.
    FNE, la ligue ROC, la LPO sont MUETS.
    On trouve pourtant sur le site de la LPO les liens qui pointent vers les listes rouges de l’UICN.
    Espérons que c’est seulement parce que l’événement est récent et qu’il ne s’agit que d’un temps de réaction et non de l’ anesthésie délivrée par Sarkozy et Borloo au Grenelle.
    La situation est grave.
    Je parle de tout autre chose, d’un branle-bas de combat qui secouerait tous les partis politiques (y compris le mien avec son écosocialisme) et les mettrait au pied du mur, face à leurs discours.
    7 ans de perdus en Vallées d’Aspe-Ossau-Barétous.
    Globalement, la situation de la vie sauvage continue de se dégrader sans même ralentir.

  • ousesoui

    OURSES

    Plus de 30 ans de protection juridique, accords internationaux, Plans …. papiers… n’ont pas empêché l’extermination des ours dans les Pyrénées Occidentales.
    Ont consacré d’énormes efforts personnels et économiques. Millions d’euros pour…condamner l’Ours brun à disparaître des Pyrénées Ouest?
    Plus de 11 ans annonce le renforcement de la population des ours avec 2 ourses … puis 1 ourse … Plus de 11 années d’échecs, des mensonges, des escroqueries…
    Le renforcement a de toutes les garanties techniques et démocratiques, conforme aux protocoles.
    Pas plus d’efforts et d’argent pour demander à l’administration de remplir son devoir … dépenser ces effort et d’argent pour s’acquitter de la Loi, directement.

    Si l’Adiministración remplit pas son obligation, laissez les citoyens.
    Lançons une initiative populaire pour faire respecter la loi par la «ACTION SUBSIDIAIRE ».
    Lâcher nous DEUX OURSES dans les Pyrénées Ouest !

    Il y a quelque chose qui fait aller à l’administration plus et mieux que les protestations et les revendications ; voir menacer leurs compétences, leur exclusivité, leur rôle, leur photographie ….
    Si nous voulons …pouvons.