Soirées-échanges Vivre avec l’ours : FERUS a tenu bon !

Soirées-échanges Vivre avec l’ours : FERUS a tenu bon !

Actus de Ferus Actus en France Actus ours Toute l'actualité

Comme vous avez pu le lire sur notre site, FERUS organise une série de soirées d’échanges autour de l’ours avec comme invité Roberto Hartasanchez, de l’association espagnole FAPAS qui a beaucoup fait pour faciliter la cohabitation homme-ours dans les Asturies.

Ces « rencontres » sont l’occasion pour les participants d’interroger nos experts et de leur faire part de leurs propres opinions ou expériences.

Il s’agit de concourir de manière extrêmement paisible, sur invitation libre et gratuite, à dépassionner le débat qui repose souvent, s’agissant de l’ours, sur des rumeurs et des exagérations. Ce sont des réunions parfaitement tranquilles de citoyens qui débattent d’une question d’intérêt public en toute légalité.

Alors que le programme était bouclé, les salles retenues et les invitations lancées, les ennemis de l’ours ont tenté de saboter les soirées d’échanges en Ariège. La méthode a consisté à faire pression sur les maires qui avaient mis des locaux à notre disposition en laissant entendre au téléphone sans trop l’écrire que ça se passerait très mal. Une seule lettre manuscrite est en notre possession. L’auteur demande au maire de Serres sur Arget d’annuler la réunion en reprenant la vieille rengaine de la « provocation ». Mot magique traditionnellement utilisé par les factieux qui rejettent par avance la responsabilité des violences à venir sur les victimes !

D’ailleurs le président de l’ASPAP (un groupement d’anti-ours) a enfoncé ce vieux clou en écrivant au maire (d’après La Dépêche) que son association demandait l’annulation mais ne pourrait être tenue pour responsable des incidents éventuels !

J’ai eu des contacts avec la gendarmerie, les renseignements généraux, le cabinet du préfet de l’Ariège auquel j’ai écrit une lettre le 30 juin. Il n’était évidemment pas question que je demande à mes représentants de ne pas se rendre à Verdun (Ariège) le 3 juillet, ni à Serres le 5, et j’ai maintenu toutes les soirées-échanges. J’imaginais mal que dans notre République, des groupes disposés à recourir à des méthodes d’un autre âge puissent interdire un débat et je me suis assuré que la sécurité publique serait préservée.

Il ne s’est rien passé à Pamiers le samedi 2 juillet, le lieu étant trop éloigné de ce que l’ASPAP considère comme son fief.

Le maire de Verdun, Jean-Claude Keff, nous a refusé sa salle in extremis dimanche 3 juillet et n’est pas revenu sur sa décision malgré un appel téléphonique de ma part. Il a fait preuve de beaucoup de faiblesse, dommage, d’autant plus qu’il ne s’est strictement rien passé. Lui évoquait « la menace certaine de troubles, et la présence effective des anti-ours ». Mais le dimanche après-midi seuls les gendarmes et les représentants de FERUS sont allés à Verdun. Faute de salle, et devant le faible nombre des auditeurs ayant osé venir, les échanges se sont poursuivis dans un lieu tranquille, au café.

Le lundi 4 juillet à Formiguères dans les Pyrénées –Orientales, 35 à 40 personnes étaient là et tout s’est bien passé. Il faut noter que le débat a finalement glissé sur le loup, qui est présent et intrigue ou inquiète.

A Serres sur Arget le maire, Gilbert Verro, recevait courriers et appels téléphoniques l’enjoignant d’annuler la réunion. Un éleveur de Ganac s’était même présenté à la mairie et avait ostensiblement arraché l’affiche de FERUS. Gilbert Verro a tenu bon, nous lui adressons nos plus sincères félicitations républicaines comme nous remercions tous les maires qui ont mis des salles à notre disposition sans nécessairement partager notre point de vue.

La soirée du 5 juillet s’est déroulée sans incident, 40 personnes y assistaient dont 3 anti-ours qui avaient laissé dehors une trentaine de leurs amis. Il est probable que des négociations entre perturbateurs et forces de l’ordre ont abouti à un accord qui nous a permis de mener à bien notre entreprise.

Je ne sais pas si nous sommes passés tout près d’incidents plus graves, mais je félicite tous ceux qui sur place ont mis du leur pour qu’au final le programme de nos soirées d’échanges se déroule à peu près comme prévu. Elles se poursuivent d’ailleurs et j’en profite pour lancer un vibrant appel à ceux qui pourraient prendre un peu de leur temps pour aller assister à l’une d’entre elles. Ceux qui ne ménagent ni leur temps, ni leur peine pour FERUS et ceux qui leur apportent le renfort d’ONG amies méritent bien qu’on les soutienne.

Et j’espère très sincèrement que nous venons de vivre les derniers soubresauts de méthodes d’un autre âge et que les échanges d’opinions et d’expériences entre personnes civilisées prendront définitivement le pas sur le recours à la force brutale.

Gilbert Simon

Président de FERUS

Prochaines dates des soirées-échanges :

Merc. 6 juillet, 20H30 : Saint Lary Soulan (65) – salle des conférences- Mairie, 1er étage

Jeu. 7 juillet, 20H30 : Bagnères de Bigorre (65) – Espace Maintenon, salle de cinéma

Ven. 8 juillet, 20H30 : Arette (64)- salle Barétous-Roncal

Sam. 9 juillet, 18H : Etsaut (64) – salle du Lavoir

Dim. 10 juillet, 17H : Cauterets (65) – salle de l’ancienne gare

Voir aussi

Pyrénées : des soirées–échanges autour de l’ours en juillet

Serres-sur-Arget. Une réunion pro-ours sous tension (La Dépêche du Midi, 3 juillet 2011). A noter une erreur de la Dépêche du Midi qui parle de l’ASPAP comme étant un groupe pro ours ce qui n’est évidemment pas le cas.

Bilan des soirées-échanges FERUS « vivre avec l’ours » dans les Pyrénées (novembre 2010)

4 commentaires sur “Soirées-échanges Vivre avec l’ours : FERUS a tenu bon !”

J’apprends que la réunion de Verdun, située dans la vallée de l’Ariège (pas en montagne, mais dans le canton de M Lacube) a été annulée par le maire et que l’on a aussi (et surtout ?) parlé loups à Formiguières

En juin une réunion organisée par le FIEP à Pau avait été annulée sous la pression des anti-ours. Je vois qu’ils remettent ça
Tenez-bon contre ces extrémistes d’un autre âge, j’espère venir jeudi à Bagnères.
Salutations écolo.

tant que l’Etat fera preuve de laxisme, les antis continueront ! Ils se savent soutenus en haut-lieu.

J’étais à Bagnères de Bigorre. Trés interessant mais je pense qu’une meilleure communication dans la presse locale aurait pu amener plus de monde. Il y avait trois lignes pour l’annoncer dans la Dépêche du midi et rien du tout pour en rendre compte. Ce soir là pas un journaliste à l’horizon mais il est vrai qu’ils sont trés occupés par la rubrique de la brebis écrasée…


Les commentaires sont fermés.